Jonathan Borlée aux Mondiaux de relais: «J’ai mal, mais je n’ai jamais envie de laisser tomber l’équipe»

©Belga
©Belga

Jonathan Borlée, gêné aux ischio-jambiers, avait fait l’impasse sur les séries du 4x400 m des Relais Mondiaux d’athlétisme, samedi à Yokohama. Il a retrouvé sa place au sein des Belgian Tornados dimanche en finale, une course au terme de laquelle les Belges ont décroché la médaille de bronze.

« J’ai un peu plus mal qu’avant la course », a déclaré Jonathan Borlée après la finale. « Pendant 400 m, ce n’était pas évident, j’ai essayé de rester relâché. Mais on termine avec une médaille, donc c’est génial. Je n’ai jamais envie de laisser tomber l’équipe, j’ai toujours envie de faire le maximum pour l’équipe. J’espère que ça ne va pas me porter préjudice pour la suite de la saison, mais je suis très content du résultat. Tout le monde a très bien couru, tout le monde a rempli son rôle, c’est génial. On va être optimiste et dire que la blessure n’est pas trop grave ».

Les Belgian Tornados étaient privés de Kevin Borlée, blessé à la cuisse. « Kevin n’est pas là, alors que c’est un atout essentiel pour l’équipe. On montre qu’on a un sacré réservoir et que beaucoup d’athlètes ont envie de participer à ce projet. On l’a encore prouvé aujourd’hui, c’est top », conclut Jonathan Borlée.

Les Belges ont signé le 4e temps de la finale en 3 : 02.70, mais sont montés sur la 3e marche du podium quelques minutes après la course à la suite de la disqualification des États-Unis, qui avaient terminé en 2e position. C’est leur seconde médaille aux Relais Mondiaux après le bronze en 2015.

La victoire est revenue à Trinité-et-Tobago (3 : 00.81), qui s’impose devant la Jamaïque (3 : 01.57) et la Belgique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. La Fédération est très fertile en chorégraphies - ici, «
Le chant des ruines
», dernière création de Michèle Noiret présentée à la Biennale de Charleroi Danse.

    Arts de la scène: le public wallon a-t-il peur de la danse?

  3. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite