Novak Djokovic remporte le Masters 1000 de Madrid en battant Stefanos Tsitsipas (vidéo)

©AFP
©AFP

Le N.1 mondial Novak Djokovic a remporté le Masters 1000 de Madrid aux dépens du jeune Grec Stefanos Tsitsipas (N.9) en deux sets 6-3, 6-4 dimanche, à deux semaines de Roland-Garros (26 mai-9 juin). Il s’agit du premier trophée de Djokovic depuis son sacre à l’Open d’Australie fin janvier, son troisième consécutif en Grand Chelem. Au total, le Serbe compte désormais 74 trophées à son palmarès, 33 en Masters 1000.

Tsitsipas (20 ans), tombeur de Rafael Nadal en demi-finales, perd lui la deuxième finale en Masters 1000 de sa jeune carrière mais grimpera à la septième place mondiale lundi, son meilleur classement. Djokovic, qui n’a pas laissé un seul set en route vers son triomphe madrilène, a parfaitement maîtrisé les débats dans la première manche conquise en 44 minutes.

Dans la deuxième, Tsitsipas a sauvé deux balles de break à 1-1 mais n’est pas parvenu à menacer le «Djoker» sur sa mise en jeu et celui-ci l’a breaké à 4-4.

Semblant plus frais, Djokovic a profité de l’abandon du Croate Marin Cilic avant leur quart de finale et d’avoir disputé samedi sa demi-finale contre l’Autrichien Dominic Thiem bien plus tôt que son adversaire en finale. Il s’impose pour la troisième fois sur la terre battue madrilène après 2011 et 2016.

Tsitsipas 7e au classement ATP ce lundi

Le Serbe de 31 ans a décroché son 33e sacre en Masters 1000, ce qui lui permet de rejoindre Rafael Nadal en tant que joueur le plus titré dans la catégorie de tournois la plus prestigieuse hors Grand Chelem. Battu dès le 2e tour l’an passé, il consolide encore davantage sa place de N.1 mondial.

De son côté Tsitsipas, qui avait battu Djokovic lors de leur unique affrontement à ce jour, a une nouvelle fois prouvé qu’il faudrait compter sur lui à Roland-Garros. Le grand espoir du tennis mondial s’était incliné dans sa première finale disputée en Masters 1000, à Toronto, en août 2018 face à Nadal.

Malgré cette défaite contre Djokovic, le Grec, protégé de Patrick Moratoglou, va atteindre lundi le 7e rang mondial à l’ATP, soit son meilleur classement en carrière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite