Sébastien Dewaest, défenseur de Genk: «On ne va pas calculer, on a toujours notre sort entre les mains»

photo news
photo news

Genk a été virtuellement champion de Belgique durant 50 minutes ! Les Limbourgeois n’ont pas réussi à conserver leur viatique sur leur adversaire dominical. Au classement, les hommes de Philippe Clement restent leaders, mais n’ont plus que trois unités d’avance sur Bruges.

« On ne va pas calculer et on verra ce qu’il y aura à la fin », analysait Sébastien Dewaest, le défenseur genkois, au micro de la Pro League. « Nous avons toujours notre sort entre les mains. Nous devons prendre 4 points sur 6. »

Et de revenir sur la défaite des siens ce dimanche. « Nous étions dans la continuité de notre première période. Il n’y avait pas assez de pressing, on a trop laissé jouer Bruges. Et, nous n’avons pas assez exploité les espaces en contres. Il y avait aussi beaucoup de déchets à la finition et dans la dernière passe. Mais, bon, on devra faire ce que l’on fait depuis le début de saison : à savoir jouer sans pression. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160500921-full

    Commentaires racistes sur les migrants de La Panne: la lutte contre la cyberhaine est-elle un combat désespéré?

  2. d-20191014-3WMQ55 2019-10-23 22:52:21

    Mithra: François Fornieri dans la tourmente

  3. Après le vote de vendredi passé au Sénat, Zakia Khattabi réfléchit à la suite à donner à sa candidature à la Cour Constitutionnelle. © Belga

    Cour Constitutionnelle: Ecolo assis entre deux chaises

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite