Ivan Leko (FC Bruges) croit encore au titre de champion: «Peut-être que finalement le miracle va quand même se produire»

photo news
photo news

Le Club Bruges espérait relancer la course pour le titre en battant Genk pour revenir à 3 points du leader au terme de la 8e des dix journées du playoff I de la Jupiler Pro League de football, dimanche au Stade Jan Breydel. C’est fait. « Il y aura donc encore du suspense jeudi », se félicite Ivan Leko, l’entraîneur croate des Blauw en Zwart. Tant mieux et c’est d’ailleurs ce qu’on voulait. Maintenant il faut rester réaliste. Genk a toujours son sort bien en mains, et même si on l’a battu 3-2 aujourd’hui, cela fait pratiquement dix mois qu’il parvient à prester à un très haut niveau lors de chaque match. Peut-être que finalement le miracle va quand même se produire, mais cela restera un miracle qui normalement ne doit pas arriver… »

« C’était en tout cas un match entre les deux meilleures équipes du championnat », a poursuivi Leko. « Même si à cause de la pression on n’a pas toujours vu du très grand football. J’aurais aimé qu’on joue mieux que cela. Mais c’est difficile quand vous avez en tête qu’à la moindre erreur, l’adversaire va en profiter. Ce qui est en effet le cas face à une équipe comme Genk. Et de leur côté ils devaient sûrement tenir le même raisonnement. C’était un match où il faut impérativement de part et d’autre, ne laisser aucun espace libre. ».

« Cela dit je trouve quand même notre victoire méritée. On était en effet les plus forts dans les duels. Même en première mi-temps où on était mené. Ce qui ne serait d’ailleurs jamais arrivé si Dennis avait été un peu plus éveillé. Mais c’est évidemment surtout notre réaction en deuxième mi-temps qui a été remarquable, avec trois goals à la clé. Dommage toutefois le penalty raté par Hans Vanaken, qui a failli coûter très cher. Heureusement que le poteau a repoussé cette tête de Samatta, et chapeau à mon équipe », conclut Leko.

Bruges, qui se déplace au Standard, jeudi soir (20h30), ne compte plus que trois points de retard (50-47) sur Genk, attendu au même moment de pied ferme à Anderlecht.

Le suspense pourrait se prolonger jusque dimanche, est c’est en tout cas ce qu’espère Ivan Leko…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite