Philippe Clement (Genk) optimiste quant aux chances de titre: «On a toujours notre sort en mains» (vidéo)

«  On a toujours notre sort en mains », a souligné l’entraîneur du Racing Genk Philippe Clement, après la défaite, 3-2, de son équipe au Club Bruges, dimanche au Stade Jan Breydel, à l’issue du match au sommet de la 8e des dix journées du playoff I de la Jupiler Pro League de football. Genk a même été virtuellement champion de la 4e minute, et l’ouverture du score par Sébastien Dewaeest, à l’égalisation signée Hans Vanaken à la 53e…

« On a évidemment entamé cette rencontre de la meilleure des façons », a commenté le coach de Genk. « Mais après on n’a plus assez joué au football. Notre jeu offensif n’était pas suffisant. Il n’y avait pas assez de construction. On cherchait trop et trop vite la longue passe décisive. C’était un match de combat avec peu d’occasions. Parce que comme moi, Ivan Leko avait demandé à son équipe de presser haut. Le tournant de la rencontre c’est quand Ito manque le 0-2 en contre-attaque juste après le repos, et ne remet pas bien le ballon en retrait à Trossard. Il y avait moyen de mieux faire, sur cette phase. Après à 2-1, on a commencé à douter, alors que Bruges était survolté par son public déchaîné. Mais finalement c’était quand même très serré jusqu’à la dernière seconde, avec cette tête de Samatta sur le piquet à 3-2. Si elle va dedans, l’ambiance dans les deux camps serait maintenant très différente… »

Le Racing Genk va à présent devoir prendre quatre points sur six à Anderlecht et contre le Standard. « Oui mais Bruges est obligé de faire un six sur six, et ce ne sera pas si facile pour eux », estime Clement. « Si vous repassez le film de la fin du match d’aujourd’hui, vous verrez que Genk est toujours une équipe qui a du répondant. Elle n’était et n’est pas du tout abattue par ce qui est arrivé. Il y a de la déception bien sûr, mais perdre ici à Bruges n’est pas une inquiétante contre-performance. On est prêt et motivé pour la suite. C’est quand même très important d’avoir toujours notre sort en mains », conclut le T1 de Genk.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ambassadeur de la jouissance se révèle surtout un être dévoré d’angoisses.

    Fellini, un gamin de cent ans

  2. Image=d-20170728-3G1Y2T_high

    Comment bien choisir son assurance hospitalisation

  3. PHOTONEWS_10839017-134

    Open d’Australie: qui sera le Joker de Melbourne?

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite