Ligue 1: Marseille, laminé 3-0 par Lyon, ne jouera aucune Coupe d’Europe la saison prochaine

Ligue 1: Marseille, laminé 3-0 par Lyon, ne jouera aucune Coupe d’Europe la saison prochaine
photo news

Lyon n’est plus qu’à une victoire de la Ligue des champions après avoir corrigé au Vélodrome Marseille (3-0), claquant sèchement la porte au nez de son grand rival, dimanche pour la 36e journée de Ligue 1.

Avec quatre longueurs d’avance sur Saint-Étienne, l’OL touche au but, grâce au doublé de Maxwel Cornet (25, 86) et au but de Moussa Dembele (84), qui valident la supériorité de l’Olympique lyonnais.

En revanche l’OM touche le fond. Après cette fessée monumentale, il reste 6e et n’a plus aucune possibilité de rattraper les Verts, sept points devant. Cette fois les mathématiques chères à Rudi Garcia sont formelles: le club phocéen ne disputera même pas la Ligue Europa, un terrible coup d’arrêt à l’«OM champion project» du propriétaire américain Frank McCourt.

Le président Jacques-Henri Eyraud a annoncé «des changements importants» cet été, et il semble difficile pour l’entraîneur Rudi Garcia de se relever d’un tel échec.

Son équipe a perdu l’Europe bien avant cette treizième défaite de la saison en L1, mais celle-ci est particulièrement douloureuse. Elle survient face à son grand rival, qui peut encore ricaner, et elle rappelle que sous sa gestion, l’OM n’arrive décidément pas à battre les «gros».

Lopes infranchissable

Sur le banc lyonnais, Bruno Génésio a lui déjà annoncé son départ, mais il devrait laisser son club en bonne position.

Son équipe mérite sa victoire, elle n’a été secouée par l’OM que dans les vingt premières minutes de la seconde période, après l’entrée de Florian Thauvin à la pause.

Mais les Marseillais se sont heurtés à un Anthony Lopès infranchissable. Le gardien lyonnais est imbattable également dans le jeu d’acteur. Il s’est souvent roulé par terre de douleur, faisant enrager le Vélodrome.

Le carton rouge de Duje Caleta-Car, pour une faute en dernier défenseur sur Martin Terrier (67) a mis fin à cette bonne période de l’OM.

Sur l’ensemble du match, l’OL a mieux tenu le ballon, mais l’OM a eu des fulgurances, comme ce coup d’accélérateur collectif qui aboutit à une reprise de Lucas Ocampos boxée par Lopes (17), déjà chaud.

Lyon construisait mieux, un ton au dessus, et ouvre le score par Maxwel Cornet. L’attaquant ivoirien a eu de la réussite, en bénéficiant d’un contre favorable après une frappe d’Houssem Aouar, mais il a eu la hargne de gagner son duel avec Boubacar Kamara avant de tromper Steve Mandanda.

Cordons de CRS

L’OM dans les cordes, Memphis Depay a manqué deux fois le K.-O. après avoir chaque fois semé un Kamara à la rue (29, 41).

A la mi-temps, Rudi Garcia a fait rentrer Thauvin, absent sur blessure depuis deux matches, à la place d’un Nemanja Radonjic transparent.

L’ailier a offert tout de suite deux occasions à Balotelli (48, 49), la deuxième après une frappe d’Hiroki Sakai contrée par Lopes.

Puis survint un tir de Luiz Gustavo (58) et une action à quatre frappes, toutes sorties par un Lopes en feu ou la défense lyonnaise (61).

A onze contre dix, Dembelé d’un enroulé et Cornet en solitaire ont cloué l’OM, faisant exploser de rage le stade.

Eyraud craignait des débordements et avait appelé à «l’union sacrée». La fin de match a été chaude, le virage Nord menaçant d’envahir la pelouse. Des cordons de CRS en bas de chaque virage ont sécurisé la fin de la rencontre, avec quelques lacrymos.

Quelques pétards ont aussi explosé après le deuxième but, mais la colère des supporters du Vélodrome s’est surtout exprimée dans les appels à la démission de la direction et de Garcia, et par banderoles brandies avant le coup d’envoi.

Le projet McCourt-Eyraud, raillé par le Commando Ultra, a été rebaptisé en «Tisane project», «Naufrage project», «Faillite project», «Mensonge project», «Fiasco project», «Catastrophe project», «Aseptisation project» ou encore «Arrogant project», entre autres.

Dans la virage Sud, «vous n’avez ni les épaules ni les couilles de porter notre maillot, cassez-vous», ont écrit les Fanatics en début de match. Mais leurs joueurs n’avaient surtout pas le talent. Il va falloir reconstruire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite