Accueil

Élections 2019: Charles Michel est prêt à rempiler à la tête d’un gouvernement fédéral mais à ses conditions

Charles Michel ne veut pas de querelle communautaire et veut un gouvernement socio-économique.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre et président du MR, Charles Michel, est prêt à accomplir un deuxième mandat à la tête du gouvernement fédéral dès lors que celui-ci se concentre sur les enjeux socio-économiques, a-t-il laissé entendre dimanche soir sur le plateau de la VRT.

« Si c’est possible dans le cadre d’un accord de gouvernement fort, sans dispute communautaire, avec l’ambition de créer plus d’emplois -car je suis convaincu que c’est la clé pour le défi climatique, la cohésion sociale, le financement de la protection sociale- avec une équipe forte », a-t-il expliqué, interrogé sur le point de savoir s’il était disposé à rempiler au « 16 ». Et d’ajouter : « Je suis quelqu’un qui prend ses responsabilités ».

Le départ de la N-VA a provoqué la démission du gouvernement au mois de décembre. M. Michel s’est toutefois félicité des réformes menées pendant quatre ans et demi. Il n’exclut pas de faire un mandat de plus avec les nationalistes. Il attend d’eux qu’ils fassent la clarté sur leurs intentions communautaires et institutionnelles.

« Pendant la campagne de 2014, j’étais convaincu -et c’était une erreur- que la N-VA ne pourrait pas sortir du communautaire. Et puis, nous avons pu conclure un accord avec la N-VA, le CD&; V et l’Open VLD sans programme communautaire. À l’avenir, chacun devra faire la clarté. Veut-on oui ou non une ambition socio-économique ? Si c’est le cas, ce qui comptera, ce sera le programme, plus que les partenaires », a souligné M. Michel.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Giot Francis, lundi 13 mai 2019, 22:15

    Fanfaronner permet de ne pas parler de bilan... Charles est né avec une cuillère en or dans la bouche et en enfant trop gâté il veut ce dont il rêve !

  • Posté par Talbot Marc, lundi 13 mai 2019, 12:45

    Monsieur Michel, je vous conseille la lecture de deux excellents ouvrages qui parlent de socio-économie "vérité" (et non un retour à un néo-féodalisme de fait) : l'économie des inégalités de T. Piketty ainsi que La Grande Désillusion de J. Stiglitz... Vous comprendrez aisément que leurs chiffres prouvent que la Mondialisation telle qu'elle est pratiquée, cela ne marche pas... (en tous cas pour tout le monde) et que les effets "ruissellement" et "premier de cordée" ne sont que des fadaises pour donner bonne conscience aux (trop, beaucoup trop) nantis... Certes, les solutions sont complexes mais ce qui est nécessaire c'est de changer de paradigme, viser la croissance du bien-être pour tous, la diminution des inégalités, des investissements pour la sauvegarde de la planète et une économie au service des populations et de ces objectifs et non à celui du monde de la finance et des spéculateurs uniquement...

  • Posté par de SEILLE Benoit, lundi 13 mai 2019, 11:35

    En Flandre, contourner la NVA risque d'être compliqué et ce parti affiche clairement ses ambitions confédéralistes. Si Monsieur MICHEL rempile au 16, ce sera donc vraisemblablement sans la NVA et donc avec un gouvernement bleu-vert-orange ou peut-être bleu-rouge-vert. une hypothèse comme une autre mais c'est à l'électeur de décider...

  • Posté par d dsti, lundi 13 mai 2019, 10:24

    Même les vrais libéraux ne savent plus pour qui voter. En 2014 CM annonçait ;" jamais avec la NVA, pas de saut d'index, pas de rage taxatoire..." On a vu ce qui s'est passé et le comble a été l'introduction d'un début d'impôt sur la fortune par les libéraux alors que le parti a toujours expliqué pourquoi c'était improductif. CM est simplement un politicien opportuniste prêt à vendre père et mère pour rester au pouvoir.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 13 mai 2019, 9:12

    D'un autre côté, on peut difficilement imaginer que le 1er sortant se répande en : "Bon, on sait qu'on a foutu le brin pendant 4 ans et porter un parti nationaliste au pouvoir, on sait qu'une bonne partie de la population francophone nous déteste et pour cause, alors bon, votez pour nous, mais seulement si vous n'avez personne d'autre en tête". Charles Michel n'a jamais eu l'humilité comme vertu, on peut comprendre qu'il ne l'ait pas trouvée dans une boite à bonbon lors de son séjour au 16. Mais tout de même, 1er ministre, quel culot!

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs