Accueil Économie Entreprises

AB InBev faisait payer plus cher ses bières en Belgique: une amende européenne de 200 millions d’euros

La plus grande entreprise brassicole a limité la possibilité pour les commerçants belges de se fournir aux Pays-Bas, où sa bière est moins chère.

Temps de lecture: 2 min

L’Union européenne a infligé lundi une amende de 200 millions d’euros au brasseur belgo-brésilien AB InBev, coupable à ses yeux d’avoir abusé de sa position dominante en Belgique en limitant la possibilité pour les commerçants belges de se fournir aux Pays-Bas, où sa bière est moins chère.

Découvrez le salaire du président d’AB InBev

Aux Pays-Bas, AB InBev vend de la Jupiler, la bière la plus populaire en Belgique, aux détaillants et aux grossistes à des prix inférieurs à ceux pratiqués en Belgique en raison d’une concurrence plus forte.

Or, il a limité la possibilité pour les supermarchés et les grossistes basés en Belgique de se fournir aux Pays-Bas en Jupiler à moindre coût.

Quatre stratagèmes différents

Pour ce faire, AB InBev a utilisé quatre stratagèmes différents.

Un café belge élu meilleur endroit du monde où boire de la bière

Premièrement, il a modifié l’emballage de certains produits Jupiler fournis aux Pays-Bas pour les rendre plus difficiles à vendre en Belgique, notamment en supprimant la version française des informations obligatoires sur l’étiquette.

Parmi les autres stratagèmes, le brasseur a contrôlé les volumes de bière Jupiler fournis à un grossiste aux Pays-Bas afin de limiter les importations de ces produits vers la Belgique.

Il a aussi subordonné les promotions-clients offertes à un distributeur aux Pays-Bas à l’interdiction, pour ce dernier, d’appliquer les mêmes promotions à ses clients en Belgique.

Une réduction d’amende de 15 %

La Commission, gardienne de la concurrence en Europe, a souligné dans son communiqué que AB InBev avait coopéré au-delà de son obligation légale de le faire, notamment en reconnaissant expressément les faits et l’infraction et en proposant une mesure corrective.

Ainsi désormais, AB InBev fournira les informations obligatoires en français et en néerlandais sur l’emballage de ses produits. Du fait de cette coopération avec la Commission, AB InBev a bénéficié d’une réduction d’amende de 15 %.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bernard Jean-pierre, lundi 13 mai 2019, 17:41

    Où va-t-on ? Un produit doit être étiqueté en anglais en Angleterre, bien. En Allemagne, c'est en allemand. Encore bien. En Italie en italien. Toujours bien. Alors, e-aux Pays-Bas en néerlandais, tout comme en Belgique en Néerlandais et en français. Tout cela est logique. De plus, une société est en droit d'appliquer la politique commerciale qu'elle veut ! Non ? La Vauxhall en Angleterre ne s'est pas vendue au prix de l'Opel en Allemagne ! Alors, finalement, la politique de l'Union Européenne n'est-elle pas de taxer qui pourrait payer tout simplement ? Pour une fois que nous avons (en partenariat) une société brillante ! Et pour le reste qu'elle fasse des étiquettes en chinois pour la Chine, au prix qu'elle établit pour la Chine ! Personne n'oblige les chinois à boire de la Jupiler, pas plus que les belges ou les néerlandais. Finalement, il faudra être dans les diktats de l'Union Européenne pour "aller faire pipi" !

  • Posté par Meeus Roger, lundi 13 mai 2019, 13:32

    Faudrait tripler l'amende. Il y a trois ans une Stella de 50cl coutait 3 Euro à Cape Town. Cette année une Hoegarden a Bukhara, aussi 50 cl 2.5 Euro

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière