Accueil Médias

Bel RTL diffuse des sons de l’assassinat de Valentin Vermeesch: le CSA ouvre un dossier

Le Secrétariat d’instruction estime que la séquence est susceptible de porter atteinte à la dignité humaine, ce qui est interdit par un décret sur les médias audiovisuels.

Temps de lecture: 2 min

Le Secrétariat d’instruction du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) « a été saisi de plusieurs plaintes relatives à la diffusion des extraits sonores de la vidéo montrée à huis clos lors du procès des accusés de l’assassinat de Valentin Vermeesch », annonce le régulateur des médias ce lundi. Ces extraits ont été diffusés sur Bel RTL le 9 mai dernier à 18 h 20, pendant la séquence « Info » de 18 h.

À lire aussi Valentin, un insoutenable calvaire

Atteinte à la dignité humaine

Selon le communiqué publié par le CSA, les plaignants reprochent à l’éditeur la diffusion de ces contenus « au regard de leur impact pour la victime et sa famille et de la protection des publics », explique-t-il. Pour sa part, le Secrétariat d’instruction a estimé que cette séquence était susceptible de porter atteinte à l’article 9 du décret sur les services de médias audiovisuels, notamment à l’égard de l’interdiction de porter atteinte à la dignité humaine. De plus, le CSA remarque que les plaintes « soulèvent un éventuel enjeu de déontologie journalistique ». En effet, les plaignants s’interrogent quant à l’apport de ces extraits pour l’information.

À lire aussi Procès de l’assassinat de Valentin: l’insoutenable cruauté des images

Enfin, le régulateur annonce sa décision d’ouvrir un dossier d’instruction selon la procédure dite « conjointe » prévue avec le Conseil de déontologie journalistique (CDJ). Ce dernier « sera amené à remettre un avis au CSA sur le respect des codes de déontologie journalistique », précise le communiqué. Ensuite, le CSA se prononcera sur une éventuelle atteinte au droit de l’audiovisuel. Dans l’affirmative, le Collège d’autorisation et de contrôle prendra une décision finale après avoir entendu les arguments de l’éditeur. A noter que le CDJ a lui-même reçu plusieurs interpellations au lendemain de la diffusion de ces sons sur Bel RTL.

À lire aussi A plusieurs reprises, la victime aurait pu être sauvée

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par CORNEZ JEAN, lundi 13 mai 2019, 17:25

    Diffuser ces cris de torture consiste à faire de nous, les complices des bourreaux. De plus, une telle violation d'un huis clos, risque d'entraver la justice.

  • Posté par Linard André, lundi 13 mai 2019, 17:03

    La déontologie des journalistes impose le respect de la dignité des personnes. La seule justification acceptable de la part de RTL serait que cette diffusion du son relève de l'intérêt général, à savoir qu'elle apporte de l'information utile à la compréhension du sujet par le public. La déontologie interdit aussi de commettre une infraction (la violation d'un huis clos en est une) toujours sous réserve de contribuer à l'intérêt général. On ne peut pas condamner la chaîne sans connaître les raisons pour lesquelles elle a fait le choix de diffuser le son mais personnellement, à première vue, je doute que cela contribue à l'intérêt général.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , lundi 13 mai 2019, 16:15

    RTL : tout et n'importe quoi pour faire le "buzz"!

Sur le même sujet

Aussi en Médias

Info « Le Soir » Limitation de la pub sur Auvio, parité hommes-femmes dans les JT en 2027... ce qui est sur la table pour le futur contrat de gestion de la RTBF

Limitation de la pub sur Auvio et suppression de celle-ci autour des articles de presse écrite, augmentation des moyens pour la production indépendante, parité homme-femme dans les JT en 2027… Le projet de contrat de gestion de la RTBF est en cours de négociation au sein du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag