Uber plonge à nouveau pour son deuxième jour à Wall Street

©AFP
©AFP

L’action Uber chutait à nouveau lourdement lundi à l’ouverture de Wall Street, le mouvement de défiance des investisseurs se poursuivant au deuxième jour de cotation du groupe de mise en relation entre chauffeurs et particuliers.

Uber plongeait de 7,4 % à 38,5 dollars vers 14h GMT, peu après l’ouverture, dans un marché fortement secoué par les tensions commerciales entre Pékin et Washington. Le titre avait déjà perdu 7,6 % vendredi à l’issue de sa première séance à la Bourse de New York.

Uber débute à Wall Street à 42 dollars l’action, bien en-dessous de son prix d’introduction

Son grand rival Lyft était également pris pour cible, perdant 5,6 % après avoir déjà abandonné 7,4 % vendredi. Depuis son introduction en Bourse le 29 mars, le titre a dégringolé de 33 %.

« L’entrée en Bourse d’Uber a été une pilule amère à avaler et a montré que les marchés financiers font en fin de compte peu confiance à ce genre d’entreprises perdant beaucoup d’argent », a affirmé Nicholas Colas de DataTrek. « La raison est que leurs besoins en capitaux sont extrêmement imprévisibles », a-t-il ajouté.

Sur le même sujet
BoursePékinÉtats-UnisUber
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite