Etats-Unis: Trump accueille le Hongrois Orban, qu’il salue comme un «homme dur» mais «respecté»

Un « homme dur » mais « respecté » : Donald Trump a salué lundi l’action controversée du Premier ministre hongrois Viktor Orban, reçu à la Maison Blanche malgré de vives critiques à Washington, tant le dirigeant national-conservateur est accusé de saper la démocratie dans son pays. « Vous avez fait du bon travail et vous avez garanti la sécurité de votre pays », a dit le président des Etats-Unis au début de leur rencontre dans le Bureau ovale.

« C’est un homme dur mais c’est un homme respecté », « partout en Europe », a-t-il ajouté, alors que Viktor Orban, connu pour ses positions eurosceptiques et sa critique des démocraties « libérales », agace les dirigeants européens jusque dans sa propre famille politique conservatrice. Viktor Orban est « apparemment un peu controversé comme moi mais ce n’est pas grave », a poursuivi le dirigeant républicain.

Ce tête-à-tête avec le président américain, qui multiplie les piques contre l’Union européenne, offre une tribune de choix à Viktor Orban à moins de deux semaines d’élections européennes lors desquelles le camp souverainiste et populiste devrait réaliser une poussée.

L’annonce de cette visite est intervenue la semaine dernière le jour où le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo annulait un déplacement à Berlin pour rencontrer Angela Merkel. Une ironie du calendrier que de nombreux observateurs ont vue comme emblématique de l’évolution des relations transatlantiques depuis l’élection du milliardaire républicain, accusé de préférer les hommes forts, voire les autocrates, aux dirigeants des démocraties occidentales alliés traditionnels de Washington.

Orban et Salvini sur la voie d’une « coopération » anti-immigration après les Européennes

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite