Accueil Société

Le cimetière, ce lieu où poussent les fleurs et chantent les oiseaux

Les cimetières changent de visage : fini le gris et les pesticides, voici la nature et ses couleurs ! La pièce « Six pieds sous l’herbe » en fait l’apologie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Gravier dans les allées des cimetières minéralisés, pierre et béton sur les sépultures. « C’est 50 nuances de gris ici ! », lance Frédéric Jomaux, habillé en fossoyeur, sur la scène du centre culturel d’Embourg. Directeur d’Adalia, association wallonne qui accompagne citoyens et communes vers le zéro phyto, il est également comédien au sein de l’ASBL Ecoscénique.

Dans le cadre du printemps sans pesticides, Six pieds sous l’herbe, la pièce qu’il a écrite, sera jouée dans différentes villes de Wallonie (1) jusqu’à fin juin. Un fossoyeur y raconte les bienfaits de la nature dans les cimetières avec humour et poésie et aide à apprivoiser la mort. « Parce que le cimetière après tout, c’est le lieu de vie de notre mort. Alors autant qu’il soit vivant ! »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs