Distribuer encore plus vite

31.000 références de produits sont stockées dans le nouveau centre de distribution de Van Marcke. Un centre à la pointe en matière de durabilité et d’économies d’énergie.
31.000 références de produits sont stockées dans le nouveau centre de distribution de Van Marcke. Un centre à la pointe en matière de durabilité et d’économies d’énergie. - D.R.

L’endroit est tout simplement gigantesque. A Aalbeke, bourgade proche de Courtrai, Van Marcke, grossiste nº1 en matériel de chauffage et de sanitaires, vient d’inaugurer un centre de logistique et de distribution qui fleure bon le futur. Pour construire un édifice de 90.000 m2, il a mis la main au portefeuille puisque le coût de l’opération s’élève à 75 millions d’euros.

Niché dans un zoning industriel le long de l’E17, l’EDC (l’Excellent Distribution to Customers) se veut avant tout un bâtiment écologique. Deux principes de base ont servi à son édification : la réduction des déchets d’emballage et des kilomètres parcourus en camion. Le bâtiment est équipé d’un chauffage géothermique. L’eau de pluie est récupérée et purifiée (Van Marcke dispose de sa propre station d’épuration). La capacité de stockage de 500.000 litres permet d’assurer un fonctionnement pendant 90 jours. Des chauffe-eau solaires assurent la production de l’eau chaude sanitaire. Mais le meilleur doit encore venir puisque le toit de l’EDC, dont une partie a été végétalisée, sera équipé de panneaux solaires sur une surface de 16.000 m2. Le but : produire sa propre production énergétique. « Nous voulions d’abord vérifier les consommations réelles du centre avant d’installer nos panneaux », commente Aldric d’Oultremont, le fils de Caroline Van Marcke, la CEO, qui a supervisé les travaux. « L’EDC vient seulement d’être inauguré mais, en réalité, il fonctionne depuis plusieurs mois. Nous espérons démarrer l’installation des panneaux solaires encore cette année. »

Qu’est-ce qui a poussé un groupe familial comme Van Marcke (fondé en 1929) à investir 75 millions dans un tel centre ? « Avec le développement d’un acteur comme Amazon, pour ne citer que celui-là, la barre a été placée très haut car les clients sont désormais habitués à recevoir leur produit dès le lendemain de leur commande en ligne », expose à ce sujet Aldric d’Oultremont. « Avec 18 bâtiments répartis sur plusieurs sites, Van Marcke avait de plus en plus de difficultés à être compétitif. Pour optimaliser la livraison, nous allons pousser l’heure limite de commande via internet à 17 heures, tout en gardant la livraison pour le lendemain. »

Robot palettiseur

Car outre les 31.000 références qui sont stockées à Aalbeke (soit 3,8 millions de produits déménagés en 10 mois) et qui doivent être acheminées vers les installateurs, l’EDC accueille également les bâtiments administratifs. Tout le monde est désormais logé à la même enseigne : 200 personnes pour la logistique et 180 personnes dans les bureaux (les derniers arrivants sont prévus pour septembre). « Notre business comporte aussi bien des tuyaux de 6 mètres de long que des petits joints ou des baignoires », expose notre hôte. « Aujourd’hui, l’EDC est équipé d’un système de stockage automatisé qui permet le traitement automatique de 80 % des commandes. De plus, nous avons acquis un robot palettiseur appelé Gloria grâce auquel on atteint une performance de “picking” (NDLR : prélèvement) de 99,99 % pour les produits en stock. Quand un produit est disponible, il est automatiquement préparé. »

Mais le bâtiment a été pensé pour être encore amélioré en fonction des desiderata des installateurs et des magasins labellisés « Van Marcke » à qui sont destinées les commandes (le groupe ne sert pas le client final). « Dans le cas où un installateur travaille dans un immeuble à plusieurs logements, on pourrait prévoir de lui préparer ses commandes par appartement pour lui faciliter la vie », précise Aldric d’Oultremont. « Mais on pourrait également remplir nos bacs en fonction des rayonnages de nos magasins pour faciliter le tri. »

Actif en Belgique mais aussi en France, au grand-duché de Luxembourg, aux Pays-Bas, en Suisse, à Malte et aux Etats-Unis, le groupe Van Marcke a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires consolidé de 483 millions d’euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite