Assassinat de Valentin: le traitement médicamenteux d’Alexandre Hart au centre de toutes les questions

©D.R
©D.R

Alexandre Hart, l’un des cinq accusés de l’assassinat de Valentin Vermeesch, était-il sous traitement au moment des faits ? Si un neuroleptique lui était prescrit à cette époque, il a affirmé mardi matin, devant la cour d’assises de Liège, avoir cessé de prendre ce médicament, qui doit diminuer l’agressivité et l’impulsivité du patient, lorsque Valentin a été torturé et tué, dans la nuit du 26 au 27 mars 2017.

Le Dipiperon est un médicament utilisé pour traiter des troubles de nature psychiatrique : il diminue l’agressivité et l’impulsivité du patient, a expliqué à la cour Corinne Charlier, toxicologue au CHU de Liège. « Si l’on arrête le traitement, son effet disparaît et l’on revient à la situation de base. » Aucun effet rebond, soit une aggravation de l’agressivité, n’est constaté après l’arrêt du traitement, a-t-elle souligné.

Alexandre Hart a pris pour la première fois ce médicament à l’âge de 14 ou 15 ans, a-t-il expliqué à la cour. Quelques mois avant les faits, il avait consulté un médecin, à sa demande, se plaignant de sa trop grande nervosité. « Ça m’embêtait de m’en prendre toujours à ma mère. Ça se passait mal à la maison et ma mère m’avait dit que la prochaine fois, je ne pourrais plus revenir. J’ai donc décidé de prendre des médicaments pour éviter d’être trop nerveux », a-t-il expliqué. « J’ai finalement arrêté car je ne voulais plus être dépendant des médicaments. Le Dipiperon avait bien un effet mais je n’aimais pas être trop calme, ne pas être moi-même. »

« Lorsqu’on interrompt le médicament, l’espèce de camisole chimique qu’il assure disparaît et on retrouve l’agressivité et l’impulsivité spontanée », a éclairé Mme Charlier. Il faut compter environ trois ou quatre jours pour que les effets disparaissent.

Belinda Donnay, qui vivait avec Alexandre Hart depuis six mois au moment de l’assassinat de Valentin, a confirmé qu’Alexandre ne consommait pas de Dipiperon. « Il passait chez sa mère récupérer des boîtes mais n’en prenait pas », a-t-elle dit. Elle affirme n’avoir jamais vu Alexandre prendre ce médicament. « Il en prenait d’autres, dont j’ai oublié le nom. »

Belinda Donnay et Alexandre Hart auraient agressé un autre jeune en 2016

Après les faits, il a repris son traitement « pour ne plus faire des trucs comme ça ». L’accusé est désormais traité par Dipiperon mais prend également des anxiolytiques. Selon Mme Charlier, cela n’influence toutefois pas le comportement de l’accusé. « S’ils sont pris de manière régulière, ces médicaments doivent stabiliser l’humeur et rendre la personne d’humeur plus égale et de comportement plus uniforme. Cela ne devrait donc pas avoir une grosse influence sur la manière de s’exprimer ». Une fois que le Dipiperon est administré, il faut compter trois semaines pour atteindre un état d’équilibre, a-t-elle encore indiqué.

Me Molders-Pierre, qui conseille M. Hart, a souligné que cette question des médicaments serait importante pour établir la peine qui sera infligée à son client. « Cela n’a pas la moindre influence sur la culpabilité », a-t-il insisté, ajoutant qu’Alexandre plaide coupable pour tous les chefs d’accusation. « La prise de médicaments par Alexandre depuis sa plus tendre enfance est une des explications » des agissements de l’accusé cette nuit-là, a-t-il avancé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite