La moto revient en Belgique: les 24 Heures Spa Motos se tiendront en juin 2022

©Photonews
©Photonews

C’est officiel : le circuit de Francorchamps va renouer avec le championnat du monde d’endurance moto. A priori, le rendez-vous est fixé lors du 1er week-end de juin 2022, juste avant l’ultime manche, les 8 Heures de Suzuka.

Par le passé, le toboggan ardennais a accueilli une trentaine d’éditions des 24 Heures de Liège, la dernière course ayant eu lieu en 2003.

« Définir les travaux d’aménagement nous a pris un peu plus de 2 ans avec le concours de la FIM et de la FIA », explique François Ribeiro, le Directeur d’Eurosport Events. « Faire revenir la moto, c’est un vrai défi. Il va y avoir un peu de travail pour faire rouler 60 machines. Cet engagement impliquera de revenir aux normes FIM Grade C (celles réservées à l’endurance, ndlr) sans dénaturer le tracé pour les voitures. »

Pour ajouter du sel à cette piste qui ne manque déjà pas de piquant, le départ sera donné le vendredi à 22h00 alors que la nuit sera tombée sur le toboggan ardennais. « On veut que ce soit la course la plus difficile, la plus exigeante de la saison. L’équipe victorieuse ne s’imposera pas par hasard. Une fois la course terminée, on offrira un feu d’artifice puis un concert. »

Autre particularité : le dimanche, les spectateurs auront l’occasion d’effectuer des tours du circuit (derrière un véhicule de sécurité) sur leur propre machine. Les organisateurs espèrent réunir 10.000 motos en piste en présence des pilotes qui auront disputé les 24 Heures.

Pour atteindre ce nouvel objectif dans la diversification, 20 millions, débloqués par la Région wallonne, seront consacrés aux travaux d’aménagement.

« Je vous annonce déjà que ce sera le retour des bacs à gravier pour créer certaines zones de dégagement », précise Nathalie Maillet, la Directrice du circuit. Mais le tracé ne changera pas. « Cinq millions seront également consacrés à la rénovation des infrastructures. L’exposition du centenaire va naître dans quelques mois. On veut un maximum de retombées. On pense déjà à l’horizon 2030. »

Tant Nathalie Maillet que François Ribeiro n’excluent pas que les 24 Heures Spa Motos (la dénomination officielle) aient déjà lieu en 2021.

« Tout dépendra de la vitesse à laquelle nous obtiendront toutes les garanties administratives pour attaquer les travaux », conclut la patronne du circuit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite