Réseau Tec perturbé suite à la journée d’action FGTB: le gouvernement wallon envisage des sanctions

©D.R
©D.R

Considérant « qu’il y a non-respect du contrat de gestion de l’Opérateur de Transport de Wallonie (OTW)- tenu d’assurer la continuité du service public de transport dont il a la charge sauf cas de force majeure imprévue – le gouvernement wallon se saisira dès jeudi du dossier pour remédier durablement aux problèmes constatés et pour envisager les sanctions qui peuvent être prises », a assuré mardi après-midi le ministre-président wallon, Willy Borsus.

Plus tôt dans la journée, il avait déjà affirmé, sur Twitter, que son gouvernement « prendrait ses responsabilités » alors que la circulation des bus TEC reste fortement perturbée en Wallonie à la suite de la journée d’action organisée dans tout le pays par la FGTB.

Journée d’action FGTB : plus de 5.000 manifestants à Liège, plusieurs centaines à Bruxelles

Selon Willy Borsus, le contrat de gestion de l’OTW, adopté à la fin du mois de janvier par l’exécutif régional, prévoit la possibilité d’imposer à la maison-mère des TEC, pour chaque type de manquement, le paiement d’une indemnité. Dans ce cas, l’opérateur wallon inscrit en dette vis-à-vis de la Région, un montant correspondant à l’économie nette réalisée à la suite de l’interruption du service, majorée de 10 %. Cette majoration peut être portée à 40 % en cas de grève sans préavis.

Le contrat de gestion permet également au gouvernement régional de prendre, « de manière unilatérale et moyennant décision motivée, toute mesure d’intérêt général qu’il juge utile afin de rétablir les conditions normales d’exploitation et de faire respecter les engagements du contrat », a encore indiqué Willy Borsus en brandissant enfin la menace d’une privatisation de certains services. « Je rappelle que des alternatives sous forme de concessions privées existent pour l’exploitation des lignes », a-t-il ainsi averti.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite