MLS: Bruce Arena succède à Brad Friedel à la tête des New England Revolution

MLS: Bruce Arena succède à Brad Friedel à la tête des New England Revolution
EPA

L’ancien sélectionneur de l’équipe des Etats-Unis Bruce Arena a retrouvé un poste d’entraîneur mardi à New England, lanterne rouge de la conférence Est du Championnat nord-américain de football (MLS).

Arena, 67 ans, a été nommé directeur sportif et entraîneur en chef de New England, qui a limogé la semaine dernière l’ancien international américain Brad Friedel.

Il était sans équipe depuis sa démission du poste de sélectionneur des Etats-Unis en octobre 2017, après le retentissant échec de « Team USA » à se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

« Les succès de Bruce au niveau international font de lui la meilleure personne pour permettre à notre équipe de viser à nouveau le titre de champion », a expliqué Robert Kraft, le propriétaire de New England, qui détient également l’équipe de football américain des New England Patriots.

Arena a dirigé « Team USA » à deux reprises (1998-2006 et 2016-17). Il a conduit l’équipe des Etats-Unis à son meilleur résultat en Coupe du monde, si on exclut la première édition sur invitation en 1930 (demi-finales), en atteignant les quarts de finale du Mondial-2002 au Japon et en Corée du Sud.

Il a déjà entraîné trois franchises MLS (D.C. United, New York Red Bulls, LA Galaxy) et a remporté le titre MLS à cinq reprises, deux avec D.C. United (1996, 1997) et trois avec le Galaxy (2011, 2012, 2014).

Il est le meilleur entraîneur de l’histoire de la MLS en termes de matches gagnés (202 victoires pour 121 défaites et 89 nuls).

New England a remporté seulement trois de ses 13 matches cette saison et totalise 11 points. L’équipe a encaissé 31 buts, ce qui en fait la pire défense du Championnat 2018-19.

Elle n’a plus participé aux Playoffs depuis 2015, et n’a jamais remporté le titre MLS, malgré cinq participations à la finale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pairoj Piempongsant négocie la revente du club à un actionnaire anglais, dont l’identité reste pour le moment secrète.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: la reprise ne se fait pas dans l’urgence

  • PHOTONEWS_10836396-034

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit inscrire au moins 2 buts pour l’emporter

  • ©News

    Par François Laurent

    Anderlecht

    Anderlecht: Vlap peut se reposer sur ses buts, pas sur son niveau de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS2R9OE

    Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

  2. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  3. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite