Timothy Castagne veut offrir la Coupe d’Italie à l’Atalanta, qui ne l’a plus remportée depuis 1963

Timothy Castagne veut offrir la Coupe d’Italie à l’Atalanta, qui ne l’a plus remportée depuis 1963
Photo News

L’Atalanta Bergame (4e de Serie A) tentera mercredi soir (20h45) en finale de la Coupe d’Italie de football contre la Lazio Rome au Stade olympique, de remporter le deuxième trophée majeur de son histoire, 56 ans après sa victoire de 1963, 3-1 face au Torino à San Siro. Ce serait le couronnement d’une saison déjà impressionnante, toujours susceptible de lui ouvrir les portes de la Ligue des Champions 2019-2020.

Tombeuse de la Juve avec brio (3-0) en quart, puis de la Fiorentina (3-3, 2-1), l’Atalanta, dont il s’agit de la quatrième finale, n’est plus qu’à un match de ce deuxième triomphe en Coupe.

« La Ligue des champions est un rêve », concède le Diable Rouge Timothy Castagne. « Mais la finale de la Coupe d’Italie à Rome », enchaîne le milieu de terrain néerlandais Marten de Roon, « ce sera quelque chose d’extraordinaire. Si un trophée est à portée, il faut le saisir. Je veux ramener la Coupe à la maison, aussi pour nos fans, qui nous ont toujours soutenus et sont prêts à nous suivre où qu’on aille ».

Au retour de la victoire (1-3) à Rome sur le terrain de la Lazio le 5 mai, le groupe de Gian Piero Gasperini avait été accueilli par plus de 4000 tifosi et leurs feux d’artifice.

Invaincue en onze matches toutes compétitions confondues, l’équipe lombarde, stimulée par l’arrivée du buteur colombien Duvan Zapata (22 buts en Serie A), vient à Rome avec la confiance renforcée par une série de cinq victoires.

Pour la Lazio, cette finale apparaît comme la dernière chance de décrocher une place européenne. Les Romains pointent en effet au 8e rang national avec 4 unités de retard sur les deux billets pour l’Europa League. Les partenaires de Silvio Proto n’ont gagné que quatre de leurs dix derniers matches. Mais la Lazio n’a enregistré aucune défaite en huit matches de Coupe d’Italie, sa plus longue série depuis son record de 1980.

Avec le retour de Ciro Immobile (14 buts en championnat) sur le front de l’attaque, le club romain rêve d’un trophée qui lui échappe depuis le triomphe (1-0) de 2013 au dépens du rival la Roma. La Lazio avait auparavant déjà enlevé la Coupe en 1958, 1998, 2000, 2004 et 2009.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite