Accueil Élections européennes 2019

Nominations pour la Commission européenne: les dirigeants nationaux ne veulent pas perdre la main

Les candidats des six grandes familles politiques européennes à la présidence de la Commission participent ce mercredi soir à un débat organisé par l’Eurovision. Derrière la course à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, c’est une lutte de pouvoir et d’influence plus fondamentale encore qui se joue entre les institutions de l’UE.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 6 min

N’essayez pas de prononcer ce mot qui ne réussit qu’aux Allemands : « spitzenkandidaten » ! Il signifie « candidats de pointe », c’est-à-dire « têtes de liste ». Mais dans le jargon européo-bruxellois, il désigne une procédure controversée de désignation du président de la Commission. Elle fait l’objet, cette fois-ci comme lors des élections européennes de 2014, d’une intense guerre d’influence. L’enjeu : le pouvoir européen reste-t-il du côté des capitales ou bascule-t-il vers le Parlement européen ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Élections européennes 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs