L’ancien maillot vert du Tour de France, Alessandro Petacchi, soupçonné de dopage

L’ancien maillot vert du Tour de France, Alessandro Petacchi, soupçonné de dopage
Photo News

L’ancien coureur italien Alessandro Petacchi, l’un des rois du sprint des années 2000, est soupçonné d’avoir eu recours au dopage sanguin par le biais du médecin allemand Mark Schmidt, au centre de l’opération Aderlass.

Selon deux quotidiens, italien (Corriere della Sera) et français (Le Monde), qui citent des « sources concordantes », les enquêteurs reprochent à Petacchi d’avoir pratiqué des transfusions sanguines autologues durant les saisons 2012 et 2013.

Cette pratique est interdite par le code mondial antidopage et relève du délit pénal en Italie, souligne Le Monde. Elle consiste à se réinjecter son propre sang précédemment prélevé afin d’augmenter le nombre de globules rouges dans l’organisme et d’ainsi améliorer le transport de l’oxygène. Le Dr. Schmidt, qui a été arrêté le 27 février à son cabinet d’Erfurt (Allemagne), est au centre d’un réseau de dopage sanguin touchant plusieurs sports.

« Je ne suis jamais allé dans son cabinet en Allemagne ou ailleurs. Je n’ai jamais eu de transfusion sanguine. Et je ne sais pas pourquoi mon nom apparaît dans ce fichier », a réagi Petacchi, interrogé mardi par le Corriere della Sera après l’arrivée à Frascati de la 4e étape du Giro, qu’il suit en tant que consultant pour la télévision publique italienne (RAI).

« Je découvre que ce Mark Schmidt était médecin de l’équipe Milram lorsque je courais là-bas. Peut-être a-t-il suivi les athlètes allemands : je ne l’ai jamais vu ni connu », a dit l’ancien coureur, vainqueur de 22 étapes du Giro, 20 de la Vuelta et 6 du Tour de France entre 2000 et 2011.

Dans le cyclisme, deux coureurs autrichiens, Stefan Denifl et Georg Preidler, ont été concernés par l’opération Aderlass. Ainsi que le retraité allemand Danilo Hondo, qui a côtoyé Petacchi pendant trois ans dans l’équipe Lampre (2010 à 2012) et a été licencié de son poste d’entraîneur par l’équipe suisse après ses aveux révélés dimanche.

Dans sa carrière qui s’est terminée courant 2015, Petacchi a été sanctionné par le Tribunal arbitral du sport (TAS) et suspendu pendant un an pour un contrôle positif au salbutamol dans le Giro 2007, au-dessus du plafond autorisé pour cette substance.

Le réseau d’Erfurt a été démantelé en marge des Championnats du monde de ski nordique à Seefeld (Autriche) fin février. L’affaire avait démarré fin janvier, par la confession télévisée d’un skieur de fond autrichien, Johannes Dürr, sur la chaîne publique allemande ARD.

Le 20 mars, le parquet de Munich a indiqué qu’en l’état de l’enquête, 21 sportifs de 8 nationalités différentes et de cinq sports étaient impliqués dans le scandale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Jan Bakelants reste un personnage atypique du peloton. @News

    Par Eric Clovio

    Route

    Jan Bakelants brise ses chaînes

  • @News

    Par Sébastien Close

    Route

    Richie Porte cherche à s’exporter

  • Remco Evenepoel a de nombreux objectifs cette saison
: Liège-Bastogne-Liège, les JO de Tokyo, les Mondiaux de Martigny et le Tour de Lombardie.

    A 20 ans, tous les rêves sont permis pour Remco Evenepoel

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite