Boeing: les USA ont jugé inutile un examen indépendant du système anti-décrochage du 737 MAX

Boeing: les USA ont jugé inutile un examen indépendant du système anti-décrochage du 737 MAX

Les autorités américaines n’ont pas jugé nécessaire d’évaluer indépendamment la sécurité du système anti-décrochage MCAS du 737 MAX, préférant s’appuyer sur des conclusions de Boeing sur ce logiciel mis en cause dans deux tragédies impliquant cet avion, a indiqué mardi à l’AFP une source proche du dossier.

>Boeing avait identifié des anomalies sur le 737 MAX dès 2017

Cette information fait partie des conclusions préliminaires d’un audit interne de l’agence fédérale de l’aviation (FAA) sur la certification du 737 MAX, dont l’inspection d’une partie des systèmes a été confiée à des ingénieurs de Boeing via une procédure mise en place il y a une dizaine d’années baptisée ODA.

Le Wall Street Journal affirme mardi que durant la certification du 737 MAX, Boeing n’a pas clairement indiqué aux autorités qu’un dysfonctionnement du MCAS pourrait s’avérer désastreux, au moment de la certification il y a un peu plus de deux ans.

Si l’avionneur l’avait fait, ceci aurait enclenché un examen approfondi du logiciel, dont le dysfonctionnement est à l’origine de l’accident du 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines ayant fait 157 morts le 10 mars, selon l’enquête préliminaire.

C’est aussi un problème du MCAS qui aurait entraîné la tragédie d’un 737 MAX 8 de Lion Air le 29 octobre en Indonésie, ayant fait 189 morts.

Ces deux drames ont conduit à l’immobilisation au sol depuis mi-mars de toute la flotte des 737 MAX à travers le monde.

Toujours pas de vol test

Les incertitudes planent sur un retour en service de cet avion, Boeing n’ayant toujours pas soumis aux régulateurs américains la modification du 737 MAX pour une levée de l’interdiction de vol et le vol test avec la FAA n’a toujours pas eu lieu, a indiqué à l’AFP mardi une source gouvernementale.

Or la FAA a invité le 22 mai aux Etats-Unis des autorités de l’aviation civile de différents pays pour leur expliquer comment elle a inspecté le 737 MAX modifié.

La FAA avait initialement approuvé le 737 MAX début 2017 et celui-ci est entré en service en mai de la même année.

Le logiciel MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) est un système qui permet d’optimiser le profil de vol et de maintenir l’avion dans une trajectoire sûre.

Il est nouveau sur les 737 MAX, version remotorisée du 737. Pour faire évoluer ce dernier, l’avionneur américain a installé des moteurs plus puissants.

Il a donc fallu protéger l’avion d’un risque plus élevé de décrochage, d’où le développement du MCAS.

Les premiers éléments de l’enquête sur Lion Air ont fait apparaître qu’une des deux sondes d’incidence AOA était tombée en panne mais elle avait continué à transmettre des informations aux calculateurs, notamment au MCAS.

Or ce logiciel prend la main sur les commandes de vol et les oriente à piquer même si le pilote tente de faire le contraire tant que le système n’est pas désactivé.

>Boeing va produire dix avions 737 MAX de moins par mois

Les compagnies assignées

L’audit interne de la FAA indique que Boeing n’avait pas pour intention de tromper le régulateur, a expliqué à l’AFP la source, ajoutant que la FAA avait elle même déjà déterminé que le MCAS n’affectait pas la trajectoire de l’appareil.

Le régulateur avait également estimé qu’il n’y avait pas besoin d’inspection supplémentaire parce que les changements effectués par Boeing n’affectaient pas la façon dont le MCAS opérait en vol, notamment en cas de mouvements brusques ou jugés «problématiques», a indiqué la même source proche du dossier.

La FAA estimait en outre qu’en cas de données erronées envoyées au MCAS, les pilotes avaient reçu la formation nécessaire pour le désactiver et reprendre le contrôle de l’avion.

«Le MCAS n’a pas déclenché d’évaluation supplémentaire sur sa sécurité parce qu’il n’affectait pas la phase la plus critique en vol, considérée comme la vitesse de croisière», a déclaré à l’AFP un porte-parole de la FAA.

Contacté par l’AFP, Boeing, qui a annoncé une diminution de près de 25% de ses livraisons d’avions civils sur les quatre premiers mois de l’année, n’a pas donné suite.

Ces informations tombent la veille d’une audition au Congrès américain de Daniel Elwell, le patron intérimaire de la FAA.

Outre la FAA, le ministère des Transports mène également un audit sur le 737 MAX, tandis que le ministère de la Justice conduit, depuis novembre, une enquête pénale sur la conception de cet avion.

Les compagnies aériennes American Airlines et Southwest, deux grosses clientes du 737 MAX, ont reçu en novembre des assignations (subpoena) leur demandant des informations après l’accident de Lion Air, ont indiqué mardi à l’AFP deux sources proches du dossier.

«Nous coopérons entièrement avec l’enquête», a déclaré une porte-parole de Southwest.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  2. 10857368-171

    Au carnaval d’Alost, l’incompréhension entre opposants et partisans

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite