Chaos sur le rail suite à un incendie: la circulation des trains «fortement perturbée» ce mercredi

© Belga
© Belga

Suite à un incendie survenu mardi matin dans une cabine de signalisation à Bruxelles-Nord, la circulation des trains sera à nouveau « fortement perturbée » ce mercredi, indique la SNCB. Seuls quelques trains IC (trains InterCité) et S (Réseau suburbain bruxellois) circulent avec un service alternatif.

Pagaille sur le rail : un SDF à l’origine de l’incendie

Les travaux de réparation de l’alimentation électrique aux abords de la gare Bruxelles-Nord ne sont pas encore terminés, a précisé le gestionnaire de réseau ferroviaire Infrabel vers 6h.

Tant que l’alimentation électrique des câbles suspendus n’est pas rétablie, les trains ne circuleront que sous un horaire limité. « Tout comme hier soir, le trafic a été adapté sur les voies ce mercredi matin. Les trains circulent plus lentement sur la jonction Nord-Midi pour moins consommer en énergie de traction et il n’y a toujours pas de trains P (heure de pointe) », précise le porte-parole d’Infrabel Arnaud Reymann.

« La plupart des trains IC (InterCity, qui relient les grandes villes entre elles) sont limités et n’assurent donc pas la totalité de leur parcours. Pareil pour les trains S (suburbains, qui circulent dans et autour de Bruxelles) », complète Elisa Roux, de la SNCB.

Le trafic ferroviaire a partiellement repris entre Vilvorde et Malines

Deux voies ont été rouvertes à la circulation des trains entre Vilvorde et Malines depuis 10h00, a déclaré le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire Infrabel. Mais les trains ne s’arrêtent pas encore à la gare d’Eppegem.

La SNCB corrige des informations

Annoncées dans un premier temps comme ne circulant pas, les relations suburbaines S4 et S10 sont bel et bien assurées mercredi matin, confirme la SNCB.

La relation S4 relie Alost à Vilvorde via Jette et Bruxelles-Luxembourg. La S10 relie Alost à Termonde via Jette et la jonction Nord-Midi.

Le parquet de Bruxelles recherche des indices sur l’origine de l’incendie

La situation sera examinée après l’heure de pointe

« Nous aurons plus d’informations sur le calendrier des travaux au cours de la journée », a déclaré le porte-parole Frédéric Petit. Infrabel doit principalement changer des câbles qui ont brûlé lors de l’incendie survenu mardi matin. Infrabel et la SNCB évalueront ensemble la situation après l’heure le pointe.

Les voyageurs sont invités à consulter le site web www.belgiantrain.be ou l’application de la SNCB avant de se rendre en gare.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite