Marc Wilmots va devenir le nouveau sélectionneur de l’Iran

©Photonews
©Photonews

Marc Wilmots est arrivé mercredi matin à Téhéran où il doit être nommé dans la journée sélectionneur de l’équipe nationale masculine de football d’Iran en remplacement de Carlos Queiroz, a-t-on annoncé mercredi de sources officielles.

La nomination de l’ex-sélectionneur de la Belgique à la tête de la « Tim-é Melli » (équipe nationale en persan) a été confirmée par le président de la Fédération iranienne de football Kami Rita Sherpa, écrit l’agence officielle Irna.

La télévision d’Etat a diffusé des images de l’arrivée de Wilmots à l’aéroport international de Téhéran. Selon Irna, celui-ci « signera officiellement son contrat avant midi » (09h30, heures belges). L’agence ajoute, au conditionnel, que le contrat de Wilmots durerait jusqu’à l’issue de la prochaine Coupe du monde, en 2022, pour un montant annuel de 1,2 million de dollars.

Wilmots doit succéder au sélectionneur portugais Carlos Queiroz qui a quitté son poste fin janvier après l’élimination de l’Iran en demi-finales de la Coupe d’Asie des nations par le Japon (3-0). Queiroz a passé presque huit ans, depuis 2011, à la tête de la sélection iranienne, conduisant l’équipe à deux phases finales de Coupe du monde. À l’issue du Mondial 2018 en Russie, il avait prolongé son contrat jusqu’à début 2019.

Wilmots, qui a mené la Belgique du 15 mai 2002 au 14 juillet 2016, n’a plus entraîné depuis son départ du poste de sélectionneur de la Côte d’Ivoire le 15 novembre 2017. Un autre entraîneur belge est actuellement en Iran. Georges Leekens, autre ancien coach des Diables rouges, est en charge de Tractor Sazi. Ce dernier aurait d’ailleurs eu un rôle important dans cette nomination selon la RTBF.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite