Climat: quand une étudiante remet les actionnaires de Volkswagen à leur place

Climat: quand une étudiante remet les actionnaires de Volkswagen à leur place

Stylo bille et feuille A4 à la main, la lycéenne Clara Mayer peaufine son discours sur un coin de table. Elle tresse ses cheveux à la manière de l’adolescente suédoise Greta Thunberg, opte pour une couronne à la Ioulia Timochenko et ignore les regards étonnés des centaines d’actionnaires venus se ravitailler au buffet offert par Volkswagen pour son Assemblée générale annuelle.

«  Je suis venue vous parler de votre responsabilité dans le fait que nous sommes en train de perdre notre futur et notre planète  », lance-t-elle avec assurance depuis la tribune, surplombée par l’intégralité de la direction du géant mondial de l’automobile, comme le rapporte la Voix du Nord.

«  Je veux que vous regardiez vos enfants dans les yeux et que vous leur disiez : « J’ai vendu ton avenir » », poursuit la militante de 18 ans, membre du mouvement « Fridays for future », ces collégiens, lycéens et étudiants qui manifestent chaque vendredi pour le climat.

«  Tu n’as même pas d’enfants  », lui crie un des actionnaires depuis son siège du fond. «  Mais c’est pour eux que nous sommes là ! », lui lance du tac au tac un autre, dans une joute plutôt rare pour ces réunions d’actionnaires, d’ordinaire assez feutrées et bien huilées.

« Dernier tabou »

Les actionnaires avaient déjà été accueillis de bon matin à l’entrée de l’Assemblée générale par un «  die in  ».

Couchés au sol, au milieu de pneus et jantes de voitures éparpillés, derrière un faux cordon de police barré de la mention «  scène de crime climatique  », les activistes avaient tenté d’attirer l’attention des actionnaires débarquant de leurs navettes sur le parvis du plus gros centre de congrès de Berlin.

Le patron de Volkswagen, Herbert Diess, a désamorcé les critiques dès son discours d’introduction, à l’image d’autres dirigeants confrontés aux happenings de plus en plus nombreux d’activistes de défense du climat à l’occasion des assemblées générales.

«  Les véhicules de nos marques de voitures représentent à eux seuls 1 % des émissions de CO2 au monde  », reconnaît M. Diess, en assurant que l’électrification des modèles de Volkswagen – pour laquelle le groupe a débloqué plus de 30 milliards d’euros d’ici 2023 – est une réponse au «  changement climatique, devenu le principal défi de l’humanité  ».

Sur le même sujet
Évolutions climatiques
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite