Euro de basket féminin: Philip Mestdagh a annoncé sa présélection de dix-huit joueuses

©Photonews
©Photonews

Mercredi, dans les locaux du sponsor Crelan à Anderlecht, le coach national Philip Mestdagh a annoncé une présélection de dix-huit joueuses retenues pour le Championnat d’Europe de basket féminin, qui se jouera du 27 juin au 7 juillet en Serbie et Lettonie.

Par rapport à une première présélection effectuée début avril, seule Manon Grzesinski (Castors) n’est plus présente. Hind Ben Abdelkader, qui est active en WNBA avec les Chicago Sky, fait de nouveau son apparition dans la sélection. La meneuse de jeu n’était pas présente l’année dernière aux championnats du monde à Tenerife.

L’ailière Celeste Trahan-Davis (Castors) a été incluse dans la présélection, mais ne pourra pas jouer lors de l’Euro. L’Américaine est dans notre pays depuis six ans maintenant, et a entamé il y a deux ans sa procédure de naturalisation. En attendant, les formalités ne sont pas encore en règle. Trahan-Davis peut facilement participer au stage pour acquérir de l’expérience, mais elle ne sera pas là lors de la compétition.

Ann Wauters est également dans la présélection. La grande dame du basket belge de 38 ans travaille depuis quelques mois à sa rééducation après une opération du genou, mais elle est optimiste quant à ses chances de participer au Championnat d’Europe, pour lesquels les attentes sont assez élevées.

Groupe de la mort

Les Belges ont terminé troisièmes aux championnats d’Europe 2017 à Prague et quatrièmes l’an dernier aux championnats du monde à Tenerife. Cependant, la Belgique a perdu son statut de tête de série lors du tirage au sort et s’est retrouvée dans le groupe de la mort avec la Russie, le Belarus et la Serbie, pays hôte.

Les Cats débuteront face à la Russie le 27 juin à 17h45 à Zrenjanin en Serbie. Le 28 juin à 17h45, l’équipe de Philip Mestdagh devra affronter le Belarus et disputera son dernier match de la phase de poules contre la pays hôte la Serbie le 30 juin à 20h30.

Le premier de chaque poule se qualifie directement pour les quarts de finale. Les deuxième et troisième du groupe devront jouer des matchs de barrage pour passer au tour suivant. Pour les Belges, il s’agirait du deuxième ou troisième du groupe C. Il réunit la Hongrie, la Turquie, l’Italie et la Slovénie.

Le Championnat d’Europe se déroule en Lettonie (dans la capitale Riga) et en Serbie (à Nis et Zrenjanin). Les barrages se jouent à Riga et à Belgrade et à partir des quarts de finale à Belgrade.

Les six premiers pays classés dans ces championnats d’Europe 2019 joueront un tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 qui réuniront douze équipes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite