Elections 2019: polémique autour d’un tract Ecolo distribué dans un marché à Bruxelles

Elections 2019: polémique autour d’un tract Ecolo distribué dans un marché à Bruxelles

La polémique enfle ce mercredi après qu’un tract d’Ecolo a été distribué au marché de Laeken, dans le nord de Bruxelles. Ce tract a été distribué par les élus bruxellois Zoé Genot et Ahmed Mouhssin.

Sur le tract en question, on peut lire les positions des partis concernant les libertés de culte à Bruxelles, singulièrement le culte musulman. Des thèmes y sont abordés : le port du foulard islamique, les jours de congé selon les convictions, le maintien du cours de religion et de morale, l’abattage sans étourdissement à Bruxelles et le port du foulard à Bruxelles. Des cases vertes et rouges indiquent les positions des différents partis.

Plus précisément, on y lit qu’à l’exception des autres partis, Ecolo et le PTB sont en faveur de l’autorisation du port du foulard islamique pour le personnel au guichet de l’administration, de la possibilité pour les parents de pouvoir choisir un jour de congé selon leurs convictions ou de l’autorisation du port du foulard à l’école par les élèves. En outre, à l’exception de Défi et du PS, Ecolo, le PTB, le MR et le CDH sont pour le maintien de cours de religion et de morale dans le réseau officiel. Le tract précise qu’Ecolo est pour l’autorisation de l’abattage sans étourdissement dans le cadre de rites religieux à Bruxelles.

Au dos, un événement est proposé aux électeurs pour venir discuter de « la place du culte à Bruxelles » avec les candidats régionaux.

D’après le député Alain Maron, ce tract n’a pas été avalisé par Ecolo Bruxelles avant sa diffusion et ne l’aurait pas été. « Ce n’est clairement pas notre façon de faire campagne. Nous misons sur la nuance et le dialogue, par sur les clichés ni le communautarisme », précise le député sur Twitter.

Les réactions fusent

Georges-Louis Bouchez, porte-parole de la campagne du MR, demande des explications à Ecolo. « Je ne peux pas croire qu’Ecolo soit tombé si bas dans le communautarisme le plus primaire. Le passage sur l’abattage sans étourdissement est hallucinant… Pourrait-on avoir un éclaircissement de la part des Écolos ? », écrit-il sur son compte Twitter.

« Les masques tombent à quelques jours du scrutin », pour le ministre fédéral, Denis Ducarme, qui ne pèse pas ses mots. « Ecolo, sans scrupule, affiche son projet communautariste et revendique les accommodements raisonnables qui mettent en danger le vivre ensemble ! »

Pour Christophe Cordier, le directeur de la communication au MR, « le racolage communautariste bat son plein ».

Georges Dallemagne, du CDH, s’étonne de la manière de fonctionner d’Ecolo. « Ça a le mérite de montrer une face moins connue d’Ecolo… », écrit-il sur sa page Facebook, avant de retirer le poste.

Le député bruxellois Ahmed El Khannouss (CDH) s’indigne sur sa page Facebook. « Aujourd’hui dans un marché bruxellois, certains candidats d’Ecolo diffusent un tract comportant de nombreuses inexactitudes visant à discréditer les autres partis dont le CDH ? »

Emmanuel De Bock, chef de groupe Défi au Parlement bruxellois « hallucine ». « Les pratiques incroyables de racolage communautaire d’Ecolo qui écume certains quartiers avec ce tract ? Dites-moi que je rêve ! »

« Ecolo pris en flagrant délit de communautarisme et de mensonge, car Ecolo a soutenu l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement en Wallonie. A moins qu’Ecolo ne soit le nouveau PTB ? », écrit Sophie Rohonyi sur son compte Twitter. La deuxième sur la liste Défi à la Chambre finit par un #honte.

Alain Destexhe écrit qu’il dénonçait depuis 10 ans le communautarisme d’Ecolo « que certains semblent découvrir aujourd’hui », à travers ce tract polémique. « Tout cela était connu depuis longtemps. Un chapitre du livre sur l’islam reac écrit avec Claude Demelenne est consacré à Ecolo ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite