Elections 2019: polémique autour d’un tract Ecolo distribué dans un marché à Bruxelles

Elections 2019: polémique autour d’un tract Ecolo distribué dans un marché à Bruxelles

La polémique enfle ce mercredi après qu’un tract d’Ecolo a été distribué au marché de Laeken, dans le nord de Bruxelles. Ce tract a été distribué par les élus bruxellois Zoé Genot et Ahmed Mouhssin.

Sur le tract en question, on peut lire les positions des partis concernant les libertés de culte à Bruxelles, singulièrement le culte musulman. Des thèmes y sont abordés : le port du foulard islamique, les jours de congé selon les convictions, le maintien du cours de religion et de morale, l’abattage sans étourdissement à Bruxelles et le port du foulard à Bruxelles. Des cases vertes et rouges indiquent les positions des différents partis.

Plus précisément, on y lit qu’à l’exception des autres partis, Ecolo et le PTB sont en faveur de l’autorisation du port du foulard islamique pour le personnel au guichet de l’administration, de la possibilité pour les parents de pouvoir choisir un jour de congé selon leurs convictions ou de l’autorisation du port du foulard à l’école par les élèves. En outre, à l’exception de Défi et du PS, Ecolo, le PTB, le MR et le CDH sont pour le maintien de cours de religion et de morale dans le réseau officiel. Le tract précise qu’Ecolo est pour l’autorisation de l’abattage sans étourdissement dans le cadre de rites religieux à Bruxelles.

Au dos, un événement est proposé aux électeurs pour venir discuter de « la place du culte à Bruxelles » avec les candidats régionaux.

D’après le député Alain Maron, ce tract n’a pas été avalisé par Ecolo Bruxelles avant sa diffusion et ne l’aurait pas été. « Ce n’est clairement pas notre façon de faire campagne. Nous misons sur la nuance et le dialogue, par sur les clichés ni le communautarisme », précise le député sur Twitter.

Les réactions fusent

Georges-Louis Bouchez, porte-parole de la campagne du MR, demande des explications à Ecolo. « Je ne peux pas croire qu’Ecolo soit tombé si bas dans le communautarisme le plus primaire. Le passage sur l’abattage sans étourdissement est hallucinant… Pourrait-on avoir un éclaircissement de la part des Écolos ? », écrit-il sur son compte Twitter.

« Les masques tombent à quelques jours du scrutin », pour le ministre fédéral, Denis Ducarme, qui ne pèse pas ses mots. « Ecolo, sans scrupule, affiche son projet communautariste et revendique les accommodements raisonnables qui mettent en danger le vivre ensemble ! »

Pour Christophe Cordier, le directeur de la communication au MR, « le racolage communautariste bat son plein ».

Georges Dallemagne, du CDH, s’étonne de la manière de fonctionner d’Ecolo. « Ça a le mérite de montrer une face moins connue d’Ecolo… », écrit-il sur sa page Facebook, avant de retirer le poste.

Le député bruxellois Ahmed El Khannouss (CDH) s’indigne sur sa page Facebook. « Aujourd’hui dans un marché bruxellois, certains candidats d’Ecolo diffusent un tract comportant de nombreuses inexactitudes visant à discréditer les autres partis dont le CDH ? »

Emmanuel De Bock, chef de groupe Défi au Parlement bruxellois « hallucine ». « Les pratiques incroyables de racolage communautaire d’Ecolo qui écume certains quartiers avec ce tract ? Dites-moi que je rêve ! »

« Ecolo pris en flagrant délit de communautarisme et de mensonge, car Ecolo a soutenu l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement en Wallonie. A moins qu’Ecolo ne soit le nouveau PTB ? », écrit Sophie Rohonyi sur son compte Twitter. La deuxième sur la liste Défi à la Chambre finit par un #honte.

Alain Destexhe écrit qu’il dénonçait depuis 10 ans le communautarisme d’Ecolo « que certains semblent découvrir aujourd’hui », à travers ce tract polémique. « Tout cela était connu depuis longtemps. Un chapitre du livre sur l’islam reac écrit avec Claude Demelenne est consacré à Ecolo ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite