Tour d’Italie: Pascal Ackermann enlève la cinquième étape au sprint, Primoz Roglic conserve sa place de leader

Tour d’Italie: Pascal Ackermann enlève la cinquième étape au sprint, Primoz Roglic conserve sa place de leader
AFP

L’Allemand Pascal Ackermann (BORA-hasngrohe) s’est imposé au sprint mercredi à Terracina au terme de la 5e étape du 102e Tour d’Italie dont les 9 derniers ont été neutralisés en raison des conditions météo. Il a devancé le Colombien Fernando Gaviria (Emirates) et le Français Arnaud Demare (Groupama-FDF). Premier Belge, Jenthe Biermans (Katusha) a pris la 8e place. Le Slovène Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a lui conservé sa tunique rose de leader au général alors qu’un de ses concurrents à la victoire finale au départ de ce 102e Tour d’Italie Tom Dumoulin a dû abandonner, comme Jelle Vanendert.

Au regard du profil, assez plat, et de la distance, 141 kilomètres au départ de Frascati, le peloton s’attendait peut-être à une journée calme. Mais les conditions, pluvieuses, ont rendu la course usante. Le Néerlandais Dumoulin et Jelle Vanendert ont d’ailleurs abandonné et les organisateurs ont ensuite décidé de neutraliser les temps à l’entrée du circuit local final pour éviter les chutes.

Un groupe de cinq fuyards, dont Louis Vervaeke, s’est formé aux avant-postes en début d’étape. Le Belge de l’équipe Sunweb a d’ailleurs tenté sa chance en solitaire à près de 50 km de l’arrivée mais a vu le peloton le reprendre 27 bornes plus tard.

C’est donc groupé que le peloton s’est présenté dans les rues de Terracina. Déjà vainqueur de la deuxième étape, Ackermann s’est une nouvelle fois montré le plus véloce dans l’emballage final. L’Allemand de 25 ans, qui dispute son premier grand tour, signe la 14e victoire de sa carrière, la 5e cette année après la Clasica de Almeria, la Bredene Coxyde Classic et Eschborn-Francfort.

L’étape a aussi été marquée par l’abandon de Tom Dumoulin, vainqueur du Giro en 2017. Le Néerlandais de l’équipe Sunweb a décidé d’abandonner quelques minutes après le départ sous la pluie car il souffrait trop des conséquences de sa lourde chute dans le final mardi. Il avait d’ailleurs perdu 4 : 30 sur le maillot rose Roglic.

Quelques minutes plus tard, c’est Jelle Vanendert qui a jeté l’éponge à cause d’une inflammation au genou. Suite au retrait du coureur de l’équipe Lotto Soudal, il reste neuf Belges en course.

Le Slovène Kristijan Koren (Barhain Merida) n’a lui même pas pris le départ. Il a été suspendu à titre provisoire pour son implication dans l’affaire de dopage sanguin Aderlass.

Jeudi, la 6e étape reliera Cassino à San Giovanni Rotondo sur la distance de 238 kilomètres. Le profil, vallonné avec notamment un col de 2e catégorie à 17 kilomètres de la ligne, pourrait profiter à un baroudeur.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite