Incendie à Notre-Dame de Paris: près de 850 millions d’euros de promesses de dons, selon le ministre de la Culture

Incendie à Notre-Dame de Paris: près de 850 millions d’euros de promesses de dons, selon le ministre de la Culture

Les promesses de dons pour Notre-Dame atteignent 850 millions d’euros un mois après l’incendie, a annoncé mercredi le ministre de la Culture Franck Riester soulignant que «les opérations de conservation et de sécurisation sont toujours en cours».

>Incendie à Notre-Dame: la majeure partie des dons n’a pas encore été «concrétisée»

M. Riester venait de visiter la cathédrale avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a annoncé que le Canada était disposé à «offrir tout l’acier et le bois d’oeuvre dont vous avez besoin». «Vous pouvez compter sur nous, vos cousins canadiens», a-t-il lancé devant les journalistes sur le parvis de Notre-Dame.

M. Riester a demandé que «l’élan continue» pour les dons, en dépit de la «décision unilatérale» de la Fondation du patrimoine (FDP), une des quatre plateformes retenues pour les rassembler, d’arrêter sa collecte.

«Pour l’instant il est trop prématuré pour prendre une décision pareille. La souscription nationale continue avec les deux autres fondations et à travers le Centre des monuments nationaux», a-t-il martelé.

La sécurisation de la voute pose problème

«Même si la promesse de dons est aujourd’hui de 850 millions d’euros, il est beaucoup trop tôt pour conclure que nous avons suffisament d’argent ou trop d’argent pour restaurer Notre-Dame», a-t-il dit. «Il peut y avoir une différence entre les promesses de dons et le versement réel».

«Nous n’avons pas d’évaluations, parce que le diagnostic sur l’état des lieux exact» n’est pas achevé, et pas non plus le «chiffrage de ce que seront les travaux nécessaires», a précisé le ministre.

Il a noté qu’il fallait prendre en compte «des dépenses liées aux conséquences pour le diocèse de Paris en termes d’organisation et d’accueil» des fidèles notamment. Il est question d’une structure éphémère pour le culte.

Pour les travaux, la sécurisation de la voûte «reste le point le plus problématique», nécessitant «beaucoup de travail, de nombreux jours, de nombreuses semaines».

Les oeuvres mobilières «sont pour la plupart à l’abri, soit au Louvre, soit dans des réserves spécialisées. Restent quelques oeuvres dans le transept auquel on ne peut pas accéder».

Interrogé sur l’enquête en cours sur les causes du sinistre, il a souligné qu’"il est trop tôt pour conclure». Relevant que «ce sont les robots qui retirent les gravats», il a précisé qu’ils seront «analysés par la police» à la recherche de pistes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite