Les médecins se prononcent contre le régime végan imposé aux enfants

Bernard Devos, délégué aux droits de l’enfant, a sollicité l’avis de l’Académie royale de médecine de Belgique sur les effets du véganisme sur la santé des enfants. C’est que les situations difficiles, voire critiques, se multiplient dans les hôpitaux où arrivent certains enfants soumis à ce régime sans aucune protéine animale.

La réponse de l’institution est sans appel. Le véganisme, qui concernerait désormais 3 % des enfants belges, « engendre d’inévitables carences aux organismes en croissance » et est « inadapté et donc non recommandé pour les enfants à naître, les enfants et les adolescents, de même que pour les femmes enceintes et allaitantes ».

Le professeur Georges Casimir, pédiatre à l’Hôpital des enfants et rapporteur de la commission nommée par l’Académie royale de médecine, considère même qu’imposer un régime aussi strict à son enfant peut s’apparenter à des mauvais traitements : « Lorsqu’on est enfant, le corps fabrique notamment des cellules cérébrales. Cela implique des besoins plus importants en protéines et acides gras essentiels. Le corps ne les produisant pas, il faut les lui apporter via les protéines animales. On parle ici de retards de croissance staturo-pondéraux et de retards psychomoteurs, de dénutrition, d’anémies importantes. Certains développements doivent se faire à un moment précis de la vie et s’ils ne se font pas, c’est irréversible. Et le professeur de conclure : « On ne sait pas comment va se dérouler la croissance cérébrale, certaines altérations sont irréversibles. On doit expliquer aux parents avant de contraindre, mais on ne peut plus tolérer cette mise en danger. »

Imposer le véganisme à son enfant, est-ce un délit? Toutes les informations sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Koen Geens, «
humilié
» par Magnette.

    Négociations fédérales: faites ce que je dis, pas ce que je fais

  2. Violaine Alonso (à g.), avocate en droit du travail au Barreau de Bruxelles, Chloé Harmel, assistante à l’UCLouvain en droit patrimonial de la famille, et Diane Bernard (à d.), professeure de philosophie du droit à Saint-Louis.

    Egalité des genres: «Le droit est un levier d’émancipation, mais aussi un des rouages d’une société inégalitaire»

  3. PHOTONEWS_10854596-005

    La Commission européenne ne veut pas interdire la reconnaissance faciale

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • Le prix de la souveraineté technologique européenne

    Sans vouloir plomber l’ambiance, commençons par la mauvaise nouvelle : en 20 ans, l’Europe a perdu la première manche de la révolution numérique. Naïve, elle a subi la montée en puissance des géants de la Silicon Valley, sans voir venir ceux de Chine. Docile, elle leur a abandonné sa souveraineté économique, technologique, culturelle. Les Etats-Unis abritent la moitié des licornes de la planète, ces start-up non cotées valorisées à plus d’un milliard. La Chine rafle la moitié des demandes de brevets dans le monde. Les Européens, eux,...

    Lire la suite