Les médecins se prononcent contre le régime végan imposé aux enfants

Bernard Devos, délégué aux droits de l’enfant, a sollicité l’avis de l’Académie royale de médecine de Belgique sur les effets du véganisme sur la santé des enfants. C’est que les situations difficiles, voire critiques, se multiplient dans les hôpitaux où arrivent certains enfants soumis à ce régime sans aucune protéine animale.

La réponse de l’institution est sans appel. Le véganisme, qui concernerait désormais 3 % des enfants belges, « engendre d’inévitables carences aux organismes en croissance » et est « inadapté et donc non recommandé pour les enfants à naître, les enfants et les adolescents, de même que pour les femmes enceintes et allaitantes ».

Le professeur Georges Casimir, pédiatre à l’Hôpital des enfants et rapporteur de la commission nommée par l’Académie royale de médecine, considère même qu’imposer un régime aussi strict à son enfant peut s’apparenter à des mauvais traitements : « Lorsqu’on est enfant, le corps fabrique notamment des cellules cérébrales. Cela implique des besoins plus importants en protéines et acides gras essentiels. Le corps ne les produisant pas, il faut les lui apporter via les protéines animales. On parle ici de retards de croissance staturo-pondéraux et de retards psychomoteurs, de dénutrition, d’anémies importantes. Certains développements doivent se faire à un moment précis de la vie et s’ils ne se font pas, c’est irréversible. Et le professeur de conclure : « On ne sait pas comment va se dérouler la croissance cérébrale, certaines altérations sont irréversibles. On doit expliquer aux parents avant de contraindre, mais on ne peut plus tolérer cette mise en danger. »

Imposer le véganisme à son enfant, est-ce un délit? Toutes les informations sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi.

    Dominique Leroy a remis Proximus sur le chemin de la croissance

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite