Les médecins se prononcent contre le régime végan imposé aux enfants

Bernard Devos, délégué aux droits de l’enfant, a sollicité l’avis de l’Académie royale de médecine de Belgique sur les effets du véganisme sur la santé des enfants. C’est que les situations difficiles, voire critiques, se multiplient dans les hôpitaux où arrivent certains enfants soumis à ce régime sans aucune protéine animale.

La réponse de l’institution est sans appel. Le véganisme, qui concernerait désormais 3 % des enfants belges, « engendre d’inévitables carences aux organismes en croissance » et est « inadapté et donc non recommandé pour les enfants à naître, les enfants et les adolescents, de même que pour les femmes enceintes et allaitantes ».

Le professeur Georges Casimir, pédiatre à l’Hôpital des enfants et rapporteur de la commission nommée par l’Académie royale de médecine, considère même qu’imposer un régime aussi strict à son enfant peut s’apparenter à des mauvais traitements : « Lorsqu’on est enfant, le corps fabrique notamment des cellules cérébrales. Cela implique des besoins plus importants en protéines et acides gras essentiels. Le corps ne les produisant pas, il faut les lui apporter via les protéines animales. On parle ici de retards de croissance staturo-pondéraux et de retards psychomoteurs, de dénutrition, d’anémies importantes. Certains développements doivent se faire à un moment précis de la vie et s’ils ne se font pas, c’est irréversible. Et le professeur de conclure : « On ne sait pas comment va se dérouler la croissance cérébrale, certaines altérations sont irréversibles. On doit expliquer aux parents avant de contraindre, mais on ne peut plus tolérer cette mise en danger. »

Imposer le véganisme à son enfant, est-ce un délit? Toutes les informations sur Le Soir+

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite