Elections 2019: «Deux fautes profondes sont liées à ce tract électoral», concède Alain Maron (Ecolo)

Ce mercredi, une polémique à propos d’un tract Ecolo distribué sur le marché de Laeken a surgi dans la campagne électorale. Petit rappel des faits : des élus et observateurs de la vie politique ont dénoncé la distribution de ce tract présentant la position des différents partis en matière de liberté de culte, singulièrement le culte musulman. De plus, il souligne l’appui d’Ecolo à l’autorisation de l’abattage sans étourdissement dans le cadre de rites religieux à Bruxelles. Le tract en question a été distribué par les élus bruxellois Zoé Genot et Ahmed Mouhssin. A la suite de la polémique, Ecolo en a ordonné le retrait.

Directement après sa distribution, la tête de liste Ecolo au parlement bruxellois, Alain Maron, avait renié la paternité du tract. « Ce tract n’a en effet pas été avalisé par Ecolo BXL avant sa diffusion et ne l’aurait pas été. Ce n’est clairement pas notre façon de faire campagne. Nous misons sur la nuance et le dialogue, par sur les clichés ni le communautarisme », avait-il écrit sur Twitter.

Des éléments caricaturés

Ce jeudi matin sur la RTBF, en plein duel contre Céline Fremault, Thomas Gadisseux n’a pas manqué de revenir sur le sujet polémique. Alain Maron a dénoncé des clichés communautaristes, mais sur le fond, ce sont des éléments du programme d’Ecolo qui ont été mis en avant dans ce tract. Ne sont-ils donc pas communautaristes ?

« Ce ne sont pas seulement les éléments du programme d’Ecolo, ce sont les éléments des programmes de tous les partis qui figurent dans ce tract et qui sont caricaturés. Ils sont caricaturés parce que ces questions sont des éléments complexes et on ne peut pas simplement y répondre par un oui ou par un non sans un minimum d’explications et de remise en contexte. Et donc la faute profonde qui est liée à ce tract, c’est un, de caricaturer les positions des uns et des autres, y compris celle d’Ecolo et de deux, de cibler une communauté bien précise », réagit Alain Maron.

► Zakia Khattabi au « Soir » sur le tract Ecolo polémique : « C’est une tempête dans un verre d’eau »

« Alors que notre manière de faire campagne et je le dis clairement, et aussi contrairement à d’autres partis, c’est de faire campagne partout, dans toutes les communautés, dans toutes les communes, en Wallonie et à Bruxelles, avec le même discours, c’est notre force. Nous n’allons pas faire campagne dans des églises, nous n’allons pas faire campagne dans des mosquées, contrairement à d’autres, qui aujourd’hui nous font la leçon. Je tiens à être très clair là-dessus : le communautarisme ce n’est pas, et ça ne peut pas être notre manière de faire la politique, c’est pour ça que ce tract est une faute et que nous avons immédiatement demandé qu’on arrête de le distribuer », a martelé le député Ecolo.

Ce tract est une faute, pour Céline Fremault

Pour Céline Fremault, ministre bruxelloise CDH, ce tract est une faute et Alain Maron a raison de le dire. « Ce tract c’est le programme d’Ecolo, ce n’est pas celui du CDH. On ne fait pas campagne dans les mosquées au CDH. Pour justifier ce tract aujourd’hui, Zoé Genot qui n’est pas un lapin de 6 semaines puisqu’elle est députée depuis 20 ans et cheffe de groupe au Parlement bruxellois, elle tacle le PS qui désinforme, elle glorifie le PTB. Je trouve ça inquiétant quand on sait qu’elle est désignée comme future négociatrice d’un gouvernement bruxellois. Mais la où on s’entend tout à fait, c’est que c’est un débat qui mérite de la nuance et de la sérénité. Ce qu’on doit faire aujourd’hui à Bruxelles, c’est partager des valeurs et reconnaître chacun. Il y a encore beaucoup de travail quand je vois ce qu’il s’est passé hier ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous