Elections 2019: Ahmed Laaouej (PS) appelle à l’apaisement après la polémique sur le tract d’Ecolo

©Bruno Dalimonte/Le Soir
©Bruno Dalimonte/Le Soir

Le PS a appelé jeudi à l’apaisement après la polémique née d’un tract d’Ecolo sur les questions religieuses distribué dans le nord de Bruxelles.

« On doit tous faire de l’apaisement, sinon on va créer des tensions qui, demain, seront des germes, qui vont nourrir les populismes de tout bord, les extrémismes de tout bord. Il faut revenir vers les vrais sujets qui sont les sujets économiques et sociaux, la précarité énergétique et sanitaire, la discrimination à l’embauche. C’est là-dessus qu’on nous attend », a déclaré le chef de groupe PS, à la Chambre, Ahmed Laaouej, interrogé sur Bel-RTL.

La révélation de ce tract, qui classait de manière sommaire les positions des partis politiques sur quatre questions de nature religieuse (dont le port de signes philosophiques ou religieux et l’abattage rituel), a valu une volée de bois vert aux écologistes accusés de pratiques communautaristes. La direction du parti a clairement désavoué cette façon de faire qui n’a pas reçu son autorisation.

« Une opération de manipulation de masse »

Dans la soirée, la députée auteur du tract, Zoé Genot, a expliqué les raisons de son initiative visant à démonter les accusations colportées, selon elle, par des « socialistes inquiets » auprès d’électeurs musulmans.

Tête de liste PS à Bruxelles, M. Laaouej dénonce une « opération de manipulation de masse ». Il salue le « recadrage » des verts car, à l’entendre, ce genre de tract et de polémique ont créé des tensions.

► Zakia Khattabi au « Soir » sur le tract Ecolo polémique : « C’est une tempête dans un verre d’eau »

« Cela crée des tensions sur le terrain. Les gens ne comprennent pas d’être ainsi pris en otage. Il faut aujourd’hui que chacun ait le sens des responsabilités. On ne va pas commencer à exciter les populations sur des questions particulièrement sensibles qui touchent à leur identité, à leur conviction et leur situation personnelle », a-t-il souligné.

Le tract ravive le débat

Outre la façon de faire vis-à-vis de certains électeurs, le tract ravive le débat sur l’abattage rituel, sans étourdissement, tel qu’il est prescrit par les religions juive et musulmane.

Les positions des partis peuvent varier entre Bruxelles et la Wallonie. Au sud du pays, cette pratique a été interdite, pas à Bruxelles. « A Bruxelles, il n’y a aucune initiative qui est prise et qui sera prise sur le terrain de l’abattage rituel. Donc, il reste autorisé à Bruxelles en raison du respect de la Constitution, notamment de la liberté convictionnelle et religieuse », a fait remarquer M. Laaouej.

« Il y a des différences de situation entre Bruxelles et la Wallonie parce que les sociologies ne sont pas les mêmes. Il y a 184 nationalités à Bruxelles, avec une forte population de confession musulmane et cela appelle des réponses articulées sur la Constitution, les principes fondamentaux », a-t-il ajouté.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite