Procès de l’assassinat de Valentin: Alexandre Hart a été décrit comme un psychopathe par les experts

©Belga
©Belga

Alexandre Hart a été décrit jeudi matin comme un psychopathe par les experts psychiatres et psychologues, devant la cour d’assises de Liège. Cet accusé était âgé de 19 ans et quelques mois au moment des faits. Il présente, selon les experts, un risque de récidive et une dangerosité importante.

Alexandre Hart a été dépeint comme un psychopathe dans le rapport rédigé par le psychiatre et le psychologue chargés de réaliser son expertise. Selon les spécialistes, cet accusé cache une personnalité perverse et dangereuse. C’est par plaisir de nuire qu’il fait mal à autrui. Pour arriver à ses fins, il manipule, adapte la réalité en fonction de son interlocuteur et peut mentir pour préserver une bonne image de lui.

Pour se faire obéir, Alexandre Hart utilise l’intimidation. Il ne manifeste aucune empathie et reporte la responsabilité de ses actes sur les autres. L’accusé utilise la faiblesse des autres pour assurer son emprise par la fascination qu’il exerce. Selon les experts, Alexandre Hart a montré son acharnement et sa volonté intense de destruction en répétant des agressions sur Valentin Vermeesch qui ne se méfiait pas de lui.

Alexandre Hart a encore été décrit comme un meneur qui a instigué habilement un contexte de tortures sous le couvert de jeux pour y entraîner les autres accusés par l’emprise et la manipulation. Il a gardé le contrôle de la situation jusqu’au bout. « Il présente aussi un masque avec un sourire permanent sur le visage. Dans le cadre des faits commis sur Valentin, son contrôle de l’autre va jusqu’à sa destruction. Il avait un besoin de toute-puissance », a confirmé le psychiatre à l’audience.

Le traitement médicamenteux d’Alexandre Hart au centre de toutes les questions

Un moule sans structure

Selon le psychiatre, Alexandre Hart s’est construit sur un moule sans structure. Il est traversé par des impulsions violentes, sans retenue et est centré sur lui-même. « Il n’y a chez lui aucun ancrage affectif ou social. Sa méchanceté est manifeste, conduite par des besoins instantanés. Il avance masqué, il a de l’emprise sur les autres et il manifeste un besoin de revanche », a relevé l’expert.

La personnalité d’Alexandre Hart est marquée par des carences intellectuelles. Son QI a été calculé à 75, soit un score qui se situe dans la partie limite de la population. Mais il n’est pas débile et est responsable de ses actes. Alexandre Hart a des pulsions agressives explosives et présente un profil d’agresseur avec des traits paranoïaques. L’accusé montre aussi des traits pervers sadiques qui supposent une jouissance à faire du mal à quelqu’un réduit à l’état d’objet. Pour le psychiatre, ce portrait correspond à celui d’un psychopathe. L’accusé est aussi qualifié de dangereux. Une incarcération de longue durée ne modifiera pas sa personnalité mais est susceptible de lui apprendre à se réadapter à des règles de vie sociale.

Les experts ont eu accès à des rapports de diagnostics qui avaient été réalisés durant l’enfance d’Alexandre Hart. Celui-ci était un bébé très colérique. Son hyperactivité a été diagnostiquée à l’âge de 8 ans. Il était un enfant agité au comportement difficilement contrôlable. Régulièrement, il exprimait sa haine, menaçait avec un cutter ou prenait du plaisir à faire de sales coups. Il présentait durant sa jeunesse une agressivité explosive et un trouble de la personnalité de type paranoïaque. Il avait reçu une médication dès 2007 pour atténuer ses comportements agressifs, notamment à l’égard de sa mère.

Sur le même sujet
Assassinat de ValentinCour
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite