Grève sauvage chez Skeyes: pas de cohue dans le hall des départs à Brussels Airport

Reportage

En cette fin de matinée, dans le hall des départs de Brussels Airport, le grand tableau affiche une grande majorité de vols retardés. Les annulations se font plus rares. La grève sauvage des contrôleurs aériens de Skeyes a donc un impact. Pourtant, le climat reste calme et relativement serein. Les files devant les guichets d’embarquement ne sont pas longues et les signes d’impatience chez les voyageurs sont rares. Il est vrai que le mouvement de grogne a commencé vers 9 heures pour se terminer à 13 heures. Pas au moment du pic des départs et de la grande affluence.

► Environ cent vols annulés dans le pays, Brussels Airlines envisage une action en justice

Cette grève, Ghislaine la comprend et la soutient totalement. Valise à la main, elle s’apprête à rentrer chez elle. « Je devais partir aux Etats-Unis pour la remise du diplôme de mon neveu », s’amuse-t-elle. « Mon vol est reporté à demain. Ca n’est pas bien grave. Je soutiens totalement les grévistes. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi il n’y a pas plus de mouvements comme celui-là dans d’autres secteurs. Il y en a assez de tous ces managers qui s’enrichissent sur le dos des petits ouvriers à qui on inflige des conditions de travail de plus en plus indignes. Alors, oui, nous sommes pris en otages mais ça n’est pas grave. Il n’y a pas d’autres moyens de se faire entendre. »

Au guichet d’informations de Brussels Airlines, Daniel et sa famille attendent de savoir s’ils pourront partir à Lanzarote pour leurs vacances. Impatients, ils reçoivent très vite leurs apaisements. « Notre vol aura probablement un peu de retard mais il n’est pas annulé, c’est déjà ça », sourit le père de famille. « On a de la chance mais tout ça est quand même agaçant. Si ce n’est pas les avions, ce sont les bus ou les trains qui sont en grève. On est toujours pris en otages. Ce qu’il faudrait, c’est qu’un jour ces grévistes se retrouvent à notre place, pris à leur tour dans une grève le jour où ils doivent partir en vacances. Ils verront l’effet que ça fait. C’est lassant. » Et la petite famille d’aller prendre place dans la file pour enregistrer ses bagages.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite