Accueil Société

Un an après la mort de Mawda, la famille vit toujours de la solidarité citoyenne

Un an après le drame, les parents de Mawda attendent toujours des réponses, un procès. Malgré leur régularisation, ils n’ont toujours pas de revenu du CPAS.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Voilà un an, leur petite fille de deux ans recevait une balle dans la tête à l’arrière d’une camionnette embarquée dans une course-poursuite sur une autoroute belge. Mawda est morte dans les bras de sa mère. Mais celle-ci n’a pas eu le droit d’accompagner le corps de son enfant lorsque l’ambulance l’a emmené. A la place, on l’a arrêtée.

Perhast et Shamden, les parents de Mawda, reviennent de loin. Malgré sa régularisation mi-février, la famille vit toujours de la solidarité citoyenne (et communale). Sans que les parents comprennent bien les causes des lenteurs du CPAS. « Avoir un revenu nous offrira plus de confort », note Shamden. « Mais la vraie étape, ce sera d’avoir un travail, de n’être dépendant de personne. Tant que j’ai mes mains et mes jambes, pourquoi j’irais chercher de l’aide ? »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 16 mai 2019, 21:44

    Je trouve ça très très triste pour ces parents mais on est bien d accord que ce policier n avait pas l'intention de tuer cette enfant ,si le chauffeur avait accepté de s arrêter rien de tout cela ne serait arrivé

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs