Accueil Économie Mobilité

Skeyes: l’accord dont le syndicat ne veut pas et qui a provoqué la grève surprise

Nouvelle fermeture de l’espace aérien « surprise », sans préavis. Skeyes propose pourtant un effort estimé à 25.000 euros par an pour chaque contrôleur du ciel. Brussels Airlines a fait appel à la Justice.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

C’est par une note envoyée à 6 h 10 du matin que les contrôleurs aériens ont prévenu Brussels Airlines et les autres opérateurs aériens de Belgique de la fermeture de l’espace aérien entre 9 h 30 du matin et 13 h. « Trop tard, impossible de trouver une solution pour tous nos passagers. Au total, on a dû annuler 53 vols européens et deux tronçons africains. Pour nos clients, c’est très grave. Pour notre réputation et pour celle de la Belgique aussi », réagit-on chez Brussels Airlines. Cette grève surprise a été décrétée initialement pour assister à une information, par la direction, sur le contenu de l’accord social signé vendredi, paraît-il. Information du coup annulée. Mais qui se poursuivra dans les différents sites du contrôle aérien ces prochains jours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 17 mai 2019, 10:01

    Franchement, je ne comprends pas la direction. Apparemment, le problème principal est la fatigue. Et que propose la direction? Un assouplissement avec des heures de nuit en plus. Incompréhensible! Ensuite, quand je vois les chaines de TV prendre systématiquement l'avis de citoyens lambada qui disent "on est pris en otage" sans analyse, sans comprendre le problème mais en rejetant directement la faute sur les travailleurs, que dira-t-on lorsqu'on aura des dizaines de tués à cause de cette problématique? Que les citoyens ont pris les travailleurs en otage?

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 17 mai 2019, 21:29

    Réponse à Mr Verddodt-Colart: "plus de nuit"; c'est bien stipulé même si c'est sous une forme alambiquée. De plus, je reste persuadé que l'argent ne règle pas tout et surtout pas la fatigue. Et même l'attrait de l'argent pourrait bien conduire à accepter malgré la fatigue.

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, vendredi 17 mai 2019, 17:16

    Franchement, je ne comprends pas certains commentaires ! Vous dites : "plus de nuits", où est-ce écrit ? Mais, plus de repos et moins d'heures de prestation, cela vous ne l'avez pas vu ? Et aussi, un effort de 25000 € par personne par an (ce qui, petit rappel = 1 million de nos anciens francs). Et manifestement, ce n'est pas encore assez.

  • Posté par Nica Petre, vendredi 17 mai 2019, 9:08

    En plusieurs mots : l'incompétence de la direction pousse les travailleurs excedés à des grêves à répétion que ce soit chez Skeyes la TEC ou ailleurs où la direction ou le monde politique laisse de manière prémeditée la situation pourrir jusqu'à l'invivable pour ensuite privatiser et rendre les conditions de travail encore plus invivables. C'est cela le néolibéralisme et l'esclavagisme organisé sur l'autel de la productivité, la flexibilité et autres néologismes en ...té. Vivement un gouvernement plus social voir que social pour nettoyer la tête des ses entréprises soit dites publiques mais en réalité conduite par une direction qui ne fait que diminuer le service public.

  • Posté par Colmant Mathieu, vendredi 17 mai 2019, 9:28

    Je pense qu'il est grand temps que vous preniez le temps de vous renseigner sur la situation avant de raconter plus d'âneries...

Plus de commentaires

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs