Elections 2019: «On organise la misère des pensionnés en Belgique», estime Raoul Hedebouw

Elections 2019: «On organise la misère des pensionnés en Belgique», estime Raoul Hedebouw

Le porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw était l’invité d’RTL ce vendredi matin. Alors que le président de la N-VA Bart De Wever a jugé mardi qu’il faudrait relever l’âge légal de la pension si l’espérance de vie continuait à progresser, le député fédéral a réagi à la polémique, et fait de la pension à 1500 euros son cheval de bataille pour les élections.

« A carrière identique, nos pensions sont de 40 à 49 % moins élevées que nos pays avoisinants. 1240 euros, c’est beaucoup trop faible quand on sait que les maisons de repos sont à 1600, 2100 euros. C’est vraiment un scandale, on organise la misère des pensionnés en Belgique. On ne peut pas continuer comme ça. On voit que dans les pays avoisinants on a de meilleures pensions, si c’est possible en France pourquoi ce n’est pas possible en Belgique ? C’est pour ça que nous demandons cette pension minimale à 1500 euros. »

« On pousse les gens à prendre des pensions complémentaires qui sont des pensions qui sont beaucoup plus risquées et ce n’est pas normal », assure l’élu.

« Il y a un rapport de force à aller chercher dans les parlements, et dans les luttes sociales. Faire un compromis sur le dos des pensionnés et organiser la misère des pensionnés je suis tout à fait en divergence là dessus. Les 1500 euros, c’est effectivement un point de rupture. Il y a aujourd’hui une volonté populaire sur cette retraite à 1500 euros ».

« Bonheur »

Raoul Hedebouw se dit favorable à une coalition, et il est prêt à faire des compromis, mais certainement pas sur les pensions. « Je ne demande pas tout, il y a plein de point que je peux laisser tomber, mais les pensions et le pouvoir d’achat, c’est essentiel. Les gens ont voté pédant 25 ans pour des partis de gauche, pourtant, on a les pensions les plus pauvres des pays environnants, c’est pour ça qu’il faut une rupture. Si le PTB fait un bon score, les autres partis vont devoir lâcher sur la pension, c’est ça le rapport de force en politique, on n’est pas des petits poussins ».

Le porte-parole du PTB se voit donc bien en ministre. « C’est pour ça qu’on travaille, mais pas à n’importe quel prix, je ne vais pas prendre un poste pour un poste, moi ce que je veux, c’est réaliser du bonheur pour les gens ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite