Elections 2019: «On organise la misère des pensionnés en Belgique», estime Raoul Hedebouw

Elections 2019: «On organise la misère des pensionnés en Belgique», estime Raoul Hedebouw

Le porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw était l’invité d’RTL ce vendredi matin. Alors que le président de la N-VA Bart De Wever a jugé mardi qu’il faudrait relever l’âge légal de la pension si l’espérance de vie continuait à progresser, le député fédéral a réagi à la polémique, et fait de la pension à 1500 euros son cheval de bataille pour les élections.

« A carrière identique, nos pensions sont de 40 à 49 % moins élevées que nos pays avoisinants. 1240 euros, c’est beaucoup trop faible quand on sait que les maisons de repos sont à 1600, 2100 euros. C’est vraiment un scandale, on organise la misère des pensionnés en Belgique. On ne peut pas continuer comme ça. On voit que dans les pays avoisinants on a de meilleures pensions, si c’est possible en France pourquoi ce n’est pas possible en Belgique ? C’est pour ça que nous demandons cette pension minimale à 1500 euros. »

« On pousse les gens à prendre des pensions complémentaires qui sont des pensions qui sont beaucoup plus risquées et ce n’est pas normal », assure l’élu.

« Il y a un rapport de force à aller chercher dans les parlements, et dans les luttes sociales. Faire un compromis sur le dos des pensionnés et organiser la misère des pensionnés je suis tout à fait en divergence là dessus. Les 1500 euros, c’est effectivement un point de rupture. Il y a aujourd’hui une volonté populaire sur cette retraite à 1500 euros ».

« Bonheur »

Raoul Hedebouw se dit favorable à une coalition, et il est prêt à faire des compromis, mais certainement pas sur les pensions. « Je ne demande pas tout, il y a plein de point que je peux laisser tomber, mais les pensions et le pouvoir d’achat, c’est essentiel. Les gens ont voté pédant 25 ans pour des partis de gauche, pourtant, on a les pensions les plus pauvres des pays environnants, c’est pour ça qu’il faut une rupture. Si le PTB fait un bon score, les autres partis vont devoir lâcher sur la pension, c’est ça le rapport de force en politique, on n’est pas des petits poussins ».

Le porte-parole du PTB se voit donc bien en ministre. « C’est pour ça qu’on travaille, mais pas à n’importe quel prix, je ne vais pas prendre un poste pour un poste, moi ce que je veux, c’est réaliser du bonheur pour les gens ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite