Elections 2019: Dimitri Fourny à nouveau tête liste pour le nouveau scrutin communal à Neufchâteau

© Belga
© Belga

L’actuel bourgmestre de Neufchâteau, Dimitri Fourny (CDH), inculpé dans le dossier de suspicion de fraude aux procurations électorales lors des élections communales du 14 octobre dernier, sera bien de tête liste pour emmener les candidats de sa liste Agir Ensemble lors du nouveau scrutin communal du 16 juin prochain. La liste a dévoilé sa composition vendredi et M. Fourny y occupe donc la case de tête.

Fraudes à Neufchâteau: la mère et la sœur de Dimitri Fourny à leur tour inculpées

Tout l’actuel collège communal se représentera pour cette nouvelle élection, organisée à la suite de l’invalidation du scrutin d’octobre par le gouverneur du Luxembourg, Olivier Schmitz.

L’échevin Daniels Michiels, inculpé aussi dans le volet pénal du dossier comme M. Fourny, poussera à nouveau la liste à la 19e place. Dans un communiqué, le groupe Agir ensemble se présente comme « une équipe soudée, efficace et entreprenante ».

Fraudes à Neufchâteau : les quatre éléments forts de la première audience devant le gouverneur

« Stabilité et sérénité »

« Plus que jamais, la commune de Neufchâteau a besoin de stabilité et de sérénité, mais aussi de continuité dans l’action, souligne le communiqué.

La liste a cependant été quelque peu remaniée par rapport à celle du scrutin de l’an dernier avec l’arrivé de trois nouveaux candidats. Francine Bossicart, actuelle conseillère CPAS et troisième candidate en octobre 2018 inculpée, sera quant à elle absente.

M. Fourny a par ailleurs également adressé une lettre ouverte aux habitants de Neufchâteau pour à nouveau affirmer son innocence par rapport à tout fait de fraude.

« Je suis innocent »

« Des actes que j’estime choquants ont été commis lors du dernier scrutin, la Justice devra clairement déterminer les responsabilités. Et je tiens à l’affirmer de la manière la plus solennelle qui soit : je suis innocent. Je ne souhaite pas me battre, même comme avocat, sur la présomption d’innocence. Elle est de pure forme et elle est bafouée de manière permanente. Car, oui, c’est sur le fond que je vais prouver mon honnêteté totale ainsi que celle de mes proches », écrit-il.

« La convocation d’un nouveau scrutin communal est logique, et j’en ai exprimé le souhait il y a déjà plusieurs semaines. Vous serez donc invités à donner votre opinion. Je le sais, le climat est lourd. Pourtant, voilà l’occasion de regarder la situation avec objectivité et sans le prisme du qu’en dira-t-on et des rumeurs organisées qui dépassent outrageusement le contenu du dossier », ajoute-t-il.

Du côté des autres listes, Pour Vous, celle de l’adversaire direct de M. Fourny et ancien bourgmestre de Neufchâteau, Yves Evrard (MR) repart, elle, au grand complet. Enfin la 3ème Piste, qui s’était présentée comme une alternative aux deux autres en octobre dernier, est celle qui connaît le plus important renouvellement, avec sept nouveaux candidats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite