Leandro Trossard: «Je ne sais pas si la rencontre face au Standard sera mon dernier match pour Genk»

Leandro Trossard: «Je ne sais pas si la rencontre face au Standard sera mon dernier match pour Genk»
Photo News

Après une nuit de fête agitée, Leandro Trossard s’est adressé à la presse vendredi après-midi dans la Luminus Arena. Le capitaine du tout récent champion national KRC Genk a profité pleinement de son premier titre en Belgique. «  Ce fut un moment fantastique lorsque nous avons entendu le dernier coup de sifflet à Anderlecht », a déclaré un Trossard enjoué et visiblement fatigué.

Sur le coup de 16h00, le capitaine du Racing Genk est entré dans la salle de presse de la Luminus Arena. Une coupe de champagne lui a été offerte, mais Trossard a refusé. «  Je n’aime pas le champagne », a souri le capitaine du Racing avec une voix rauque.

«  Quelle heure était-il ce matin ? Aucune idée, mais il était très tard », a admis le Diable Rouge. «  Tout le monde est devenu complètement fou. En tant que Genkie, j’ai pris un peu la tête des festivités. Que voulez-vous après une saison aussi fantastique ? Pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que nous remportions le titre sur le terrain d’Anderlecht. Mais quand vous entendez les applaudissements dans les tribunes dans les dernières minutes de ce match, vous ressentez une grande émotion dans tout votre corps. C’était un moment inoubliable. »

Trossard a mené la danse jeudi soir lors de la fête sur la Stadsplein de Genk. «  C’était un sentiment incroyable de se tenir devant les supporters. En tant qu’enfant de la région, j’en connais beaucoup. Tout le monde, les joueurs et les supporters, en ont profité. C’est chouette d’être le capitaine de cette équipe championne », a déclaré l’ailier gauche de 24 ans, qui a ensuite passé une bonne partie de la nuit dans la discothèque Versuz de Hasselt. «  C’est difficile de réaliser ce que tu ressens. Vous êtes immergé dans l’atmosphère et vous laissez aller les choses. Combien de messages ai-je reçus ? Plus qu’assez en tout cas, je ne les ai pas encore tous ouverts. »

L’incertitude plane toujours sur sa présence dans le championnat belge pour la saison prochaine. «  Il faudra attendre de voir ce qui se passera dans les semaines à venir. Je ne sais pas moi-même si dimanche (contre le Standard, red.) sera mon dernier match à domicile. Mais c’est bien dans un coin de ma tête », a admis Trossard.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pairoj Piempongsant négocie la revente du club à un actionnaire anglais, dont l’identité reste pour le moment secrète.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: la reprise ne se fait pas dans l’urgence

  • PHOTONEWS_10836396-034

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit inscrire au moins 2 buts pour l’emporter

  • ©News

    Par François Laurent

    Anderlecht

    Anderlecht: Vlap peut se reposer sur ses buts, pas sur son niveau de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  3. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite