Derby County: l’incroyable tournée de Frank Lampard après la qualification face à Leeds United

Derby County: l’incroyable tournée de Frank Lampard après la qualification face à Leeds United
Photo News

Derby County s’est imposé sur la pelouse de Leeds United (2-4) pour rejoindre Aston Villa en finale du barrage pour la promotion en Premier League. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Rams ont bien fêté ça, accompagné des supporters ayant fait le déplacement, dans un pub local (The Kings Head), selon le Daily Mail.

Frank Lampard, l’entraîneur de Derby County, aurait payé les tournées à ses joueurs tout au long de la soirée, pour atteindre une addition totale de 3200 euros. 209 bières, du gin, du whisky, 75 shots de Jagermeister, 65 shots de vodka, 54 shots de sambuca, 38 shots de tequila et 5 bouteilles de Prosecco, accompagnés tout de même d’un coca-light.

Une belle soirée donc pour les Rams après avoir battu le rival, Leeds United, entraîné par Marcelo Bielsa. Rendez-vous le lundi 27 mai désormais pour Derby County, qui affrontera Aston Villa à Wembley pour la montée en Premier League.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite