Révision de la Constitution: le gouvernement minoritaire méprise le parlement et l’électeur, selon la N-VA

© Le Soir
© Le Soir

Le gouvernement fédéral a supprimé vendredi 36 articles de la Constitution que la Chambre et le Sénat proposaient d’ouvrir à révision lors de la prochaine législature, a constaté la N-VA. « La manière avec laquelle le gouvernement minoritaire a contré avec force les représentants du peuple, y compris ceux de leurs propres partis, est hallucinante », a estimé le chef de groupe des nationalistes à la Chambre, Peter De Roover.

Charles Michel sur la révision de la Constitution : « Nous ne voulons pas revivre les 541 jours de crise »

Pour le chef de file N-VA, le fait qu’un gouvernement en affaires courantes réussisse encore à bloquer des majorités à la Chambre et au Sénat amène à se poser de sérieuses questions politico-déontologiques. Qui plus est, ce sont d’importantes réformes qui sont repoussées pour les cinq prochaines années, a souligné M. De Roover.

« Le parlement n’a soudain plus aucune importance »

« Avant le pacte de Marrakesh (le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières dont l’approbation par le gouvernement fédéral a précipité la sortie de la N-VA de la majorité, ndlr) un soutien au parlement était plus important qu’un accord au sein d’un gouvernement de plein exercice. En ce qui concerne la Constitution, le parlement n’a soudain plus aucune importance aux yeux du gouvernement de rescapés en affaires courantes », a dénoncé le chef de groupe.

M. De Roover observe également que même des articles dont la demande d’ouverture à révision avait pu bénéficier à la Chambre du soutien du CD&V, de l’Open VLD et du MR ont été balayés. C’est le cas de l’article 48 relatif à la vérification des pouvoirs des nouveaux membres des assemblées. « Ce qu’il y avait de communautaire là-dedans est pour moi une énigme. Il est par ailleurs dégoûtant d’évoquer un ’risque’ de réformes qui auraient de toute manière nécessité une majorité des deux tiers », a-t-il conclu.

Sur le même sujet
ParlementSénatN-VA
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite