Grand Baromètre: le PS en grande forme en Wallonie, Ecolo conforte son leadership à Bruxelles

Dans cet article
Grand Baromètre: le PS en grande forme en Wallonie, Ecolo conforte son leadership à Bruxelles

À une semaine des élections, les grandes tendances révélées lors du scrutin communal semblent se confirmer : en Wallonie, le PS resterait dominant, devant le MR. Et à Bruxelles, Ecolo arriverait (largement) en tête, devant les socialistes et les libéraux, selon notre sondage Ipsos- Le Soir -RTL Info- Het Laatste Nieuws -VTM.

► Tous les enseignements de notre Grand Baromètre sur Le Soir+

Le PS se redresse en Wallonie

En Wallonie, le PS accélère en tête, crédité de 28,5 % des intentions de vote. Les rouges, au plus bas en décembre 2017 (19,7 %), sont progression constante depuis lors. Derrière, le MR se redresse (22,7 %), après sa contre-performance de février (19,4 %). On n’oublie pas les verts : avec 19,1 %, Ecolo obtient son meilleur score depuis les élections de 2014. Le PTB se tasse par rapport aux derniers sondages, il obtient 9,2 % des intentions de vote. Avec 9,7 %, le CDH glisse d’un point par rapport à février, mais ne sombre pas comme on avait pu le croire. Défi, lui, est crédité de 3,9 % des intentions de vote, sous la barre fatidique des 5 % qui permet d’accéder au Parlement. Loin du paysage politique flamand, les partis à droite de la droite ne pèsent pas lourd en Wallonie.

Les trois personnalités politiques les plus populaires au sud du pays ? Paul Magnette est devant, Elio Di Rupo est deuxième, Didier Reynders se hisse à la troisième place.

Ecolo au sommet à Bruxelles

À Bruxelles, la campagne se résume à un bras de fer entre les écologistes et les socialistes. Notre sondage donne aux verts une confortable avance, mais c’était avant la polémique autour du tract communautaire. Celle-ci est-elle de nature à endiguer la vague verte, à redonner du tonus au parti socialiste ? Bien malin qui pourrait le dire. Une chose est sûre : la dernière ligne droite de la campagne sera animée, au moins sur le terrain.

Les résultats bruxellois rendent possible la coalition régionale pressentie par les rumeurs : une alliance Ecolo/PS, complétée (il faudra vraisemblablement un troisième parti pour décrocher la majorité côté francophone) par Défi, voire le CDH. Ces deux derniers partis se redressent quelque peu par rapport à notre Baromètre de février.

À noter encore, dans la capitale, la méforme du MR, qui stagne à 15 %, et du PTB, calé à 7,5 %. Côté flamand, la N-VA et Groen font la course en tête.

Du côté des personnalités, pas de changement. Olivier Maingain reste le politique le plus populaire dans la capitale.

Le Vlaams Belang, troisième parti de Flandre

En Flandre, on retiendra la stabilité de la N-VA, toujours largement en tête avec 28,1 %. Le seul petit suspense est de savoir si les nationalistes parviendront à repasser la barre des 30 % qui garantirait quasiment à coup sûr la ministre-présidence à Bart De Wever.

On constate aussi le retour en force de l’extrême-droite. Le Vlaams Belang devient le troisième parti derrière le CD&V. Une demi-surprise si on se base sur les résultats des élections d’octobre 2018. Le Vlaams Belang était déjà en progression dans toutes les provinces du nord du pays. La tendance semble se confirmer voir s’amplifier. Groen n’est donc plus que quatrième parti, confirmant que la vague verte est moins importante en Flandre même si la progression par rapport au scrutin de 2014 devrait être notable.

Côté personnalité, Bart De Wever reste le plus populaire. La ministre de l’Enseignement, Hilde Crevits, par ailleurs candidate à la ministre-présidence pour le CD&V grimpe à la deuxième place et fait reculer Theo Francken sur la troisième marche du podium.

► Retrouvez le top complet des personnalités dans chaque région, ainsi que la projection en sièges ce samedi dans votre journal, disponible en librairies, ainsi que sur Le Soir+

La méthodologie

Cette vague de 2.522 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.003 en Flandre et 519 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 6 au 14 mai 2019. Précisons que l’échantillon a été pondéré depuis les élections de 2014, et une nouvelle fois après le scrutin provincial.

Les interviews ont eu lieu en ligne.

La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de ± 3,1 en Wallonie et en Flandre et de ± 4,3 à Bruxelles.

Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. pluie_0

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite