Accueil Société

Procès de l’assassinat de Valentin: deux psychopathes, une leader et deux paumés frustrés

Chacun des bourreaux a eu la possibilité de sortir du groupe qui a signé la perte de Valentin, estiment les experts. Personne ne l’a fait.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La cour d’assises de Liège a clôturé, ce vendredi après-midi, l’audition des experts psychiatres et psychologues qui ont analysé les personnalités des cinq accusés ainsi que la systémique du groupe. Durant cette nuit du 26 au 27 mars 2017, Valentin Vermeesch, 18 ans, décrit comme une « victime idéale », tant en raison de son handicap mental que de son envie d’appartenir au groupe, s’est retrouvé face à un cocktail explosif : deux psychopathes qualifiés de dangereux et incurables (l’un manipulateur sadique, l’autre impulsif et destructeur), une leader frustrée qui avait envie d’exister, et deux paumés qui voulaient exprimer leur virilité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs