Fair-play financier: l’Inter Milan a respecté ses obligations et n’est plus sanctionné

Fair-play financier: l’Inter Milan a respecté ses obligations et n’est plus sanctionné
Photo News

L’UEFA a annoncé vendredi que l’Inter Milan avait respecté ses engagements liés au fair-play financier et n’était donc plus soumise aux termes des « accords de règlement » passés avec la confédération européenne.

L’accord de règlement correspond dans les faits à une série de sanctions acceptées par un club et infligées par l’UEFA pour des infractions aux règles du fair-play financier.

Au cœur du dispositif, en vigueur depuis 2011, figure un objectif d’équilibre financier qui prévoit que les clubs européens ne peuvent dépasser les 30 millions d’euros de pertes en cumulé sur trois ans.

L’Inter Milan avait signé son accord de règlement en 2015 et était donc depuis cette date soumis à diverses obligations économiques et sanctions.

Le club italien avait ainsi reçu une amende de 20 millions d’euros et n’avait pu inscrire que 21 puis 22 joueurs au lieu de 25 sur les listes UEFA pour les compétitions européennes.

L’Inter s’était aussi engagé à réduire ses coûts de personnel et le poids des amortissements de transfert dans ses comptes. Le club lombard ne pouvait par ailleurs inscrire de nouveaux joueurs sur les listes UEFA qu’à certaines conditions.

Besiktas et le FC Astana ont également respecté leurs obligations, a précisé l’UEFA.

Les trois clubs « ont été jugés en conformité avec les objectifs de leurs accords (…) En conséquence, ils sont désormais sortis du régime de règlement ».

Cette décision devrait permettre aux clubs concernés, et notamment à l’Inter et à ses richissimes propriétaires chinois, de retrouver plus de marge de manœuvre sur le mercato. Actuellement troisième de Serie A, l’Inter a de très bonnes chances de disputer la Ligue des Champions la saison prochaine.

Le club turc de Trabzonspor n’a en revanche pas respecté ses obligations et son dossier a été transmis à la chambre de jugement de l’instance de contrôle du fair-play financier, qui devrait prendre de nouvelles sanctions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite