«Sur 100 dossiers de viol, un seul auteur a purgé une peine de prison», selon une étude de la Commission européenne

«Sur 100 dossiers de viol, un seul auteur a purgé une peine de prison», selon une étude de la Commission européenne

Sur 100 dossiers de viol, seul un auteur a purgé une peine de prison, relève dans La Dernière Heure samedi Danièle Zucker, spécialiste en analyse du comportement criminel, qui a soigné plus de 1.000 victimes de viol en Belgique.

Pour une étude réalisée à la demande de la Commission européenne, la Bruxelloise s’est penchée sur le traitement par la justice belge de 100 dossiers de viol. «Dans l’échantillon étudié, la moitié des auteurs est restée inconnue. Sur les 50 restants, 4 ont été jugés, 3 ont obtenu du sursis, 1 a été condamné à une peine effective. 100 dossiers de viol ? Un auteur a purgé une peine de prison».

Elle fustige aussi les peines légères alors qu’il est «rare qu’un violeur ne récidive pas» et «qu’une femme sur cinq risque d’être violée ou au moins victime d’une tentative».

Culture du viol

Le viol continue selon elle d’être «banalisé par la police, la justice et le grand public», déplore la spécialiste qui parle d’un mauvais signal à la société. Elle observe aussi que les victimes de viol sont encouragées à porter plainte et que cela fonctionne plutôt bien. «Mais les condamnations ne suivent pas. C’est pervers : dire aux victimes de porter plainte et ne pas réserver de suites pénales», affirme-t-elle.

Le problème, pour Danièle Zucker, est que les gens voient le viol comme l’aboutissement d’un jeu sexuel qui aurait mal tourné. «La victime avait bu, était provocante, portait un décolleté trop ceci, une jupe trop cela¿ Les études montrent que 40 % des Belges sont prêts à chercher des explications du côté de la victime. Stop, SVP ! Le viol n’a rien à voir avec la sexualité. Le viol tourne toujours autour d’une tout autre constante : le pouvoir.»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite