Manchester City – Watford: le superbe goal de Kevin De Bruyne en finale de Coupe d’Angleterre (vidéo)

Manchester City – Watford: le superbe goal de Kevin De Bruyne en finale de Coupe d’Angleterre (vidéo)
Reuters

Kevin De Bruyne n’a pas tardé pour marquer la finale de la FA Cup, entre Manchester City et Watford, de son empreinte. Sur le banc pour démarrer la rencontre, le Belge a remplacé Riyad Mahrez à la 55e minute de jeu, alors que le score était de 2-0 pour les Citizens, et il n’aura eu besoin que de 6 minutes pour inscrire son nom parmi les buteurs.

Idéalement servi par Gabriel Jesus, De Bruyne a réalisé une superbe feinte de frappe pour éliminer le gardien adverse, avant de prendre son temps pour inscrire son but.

6e but toute compétition confondue pour l’ancien joueur de Genk, qui n’a pas été épargné par les blessures cette saison.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite