Accueil Monde Asie-Pacifique

Des tonnes de plastiques sur un archipel du bout du monde

Au total, plus de 400 millions de fragments ont été découverts, pesant quelque 238 tonnes, sur les rivages de sable blanc des îles Cocos.

Temps de lecture: 2 min

Des centaines de millions de fragments de plastique sont échoués sur un archipel de l’océan Indien, signe supplémentaire de l’ampleur de cette pollution mondiale, ont annoncé jeudi des chercheurs.

Au total, plus de 400 millions de fragments ont été découverts, pesant quelque 238 tonnes, sur les rivages de sable blanc des iles Cocos, un groupe de 27 atolls peuplé de quelques centaines d’habitants, à 2.100 km à l’ouest de l’Australie.

À lire aussi Biodiversité: dernier rappel avant liquidation?

Mais selon la biologiste Jennifer Lavers, dont l’étude est parue jeudi dans la revue Nature Scientific Reports, ces morceaux en surface ne sont que le sommet de l’iceberg.

Pas une surprise

La chercheuse de l’Université de Tasmanie n’est pas surprise : « Je travaille depuis une quinzaine d’années sur des iles isolées, et toutes ont subi ce type de débris », a-t-elle dit à l’AFP. Mais « ce qui m’a le plus surprise, c’est qu’en creusant dans les sédiments, la quantité ne diminue pas ».

Selon l’équipe, la quantité réelle de plastique sur les plages étudiées, dans les différentes couches de sable, équivaudrait à jusqu’à 26 fois le volume des fragments visibles en surface. Pour ces chercheurs, les études globales sur les déchets tendent donc à « sous-estimer drastiquement l’ampleur de l’accumulation ».

À lire aussi Edito | Biodiversité: la responsabilité, c’est nous

La production de plastique en pleine croissance

La production mondiale de plastique reste en pleine croissance, la moitié du volume produit datant des 13 dernières années. Chaque année, des millions de tonnes finissent dans les océans, menaçant directement la faune marine.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par delpierre bernard, samedi 25 mai 2019, 17:49

    Les océans sont devenus des poubelles de nos sociétés consuméristes ainsi que de celles qui entrent dans cette voie par le biais du "progrès " économique et si nous voulons qu'ils ne meurent pas, sans effort mondial, il n'y aura plus assez de poissons pour nourrir un monde dont l'exubérance démographique aggrave le problème sans effort durable de ce côté aussi.

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une