Footbelgate: Walter Mortelmans plaide non coupable

Walter Mortelmans, dont le bureau ISM défendait à l’époque les intérêts d’Olivier Myny, qui est suspecté d’avoir voulu influencer l’ex-joueur de Waasland-Beveren pour fausser un match perdu 2-0 à Malines, menacé de relégation, a nié les faits et réclamé son acquittement, samedi lors de la première séance de la chambre d’appel de la Commission des litiges de l’Union Royale de football (URBSFA). «  Mon client n’a rien à faire ici », a en effet plaidé son avocat.

Il est mentionné dans le dossier de l’affaire que Mortelmans a eu un contact téléphonique avec Thierry Steemans, directeur financier du Kavé Malines, lequel s’est inquiété de savoir si Myny allait jouer le match « à fond ». Il a également rappelé au passage qu’un transfert du joueur intéressait toujours Malines. Enfin il aurait carrément demandé à Mortelmans d’inciter Myny à lever le pied. L’agent aurait alors promis de lui en parler.

«  La vraie question », s’est exclamé l’avocat Van de Kerkhof, «  consiste à savoir ce que mon client a réellement dit à son joueur. Et la réponse c’est qu’il ne lui a rien dit du tout. Il l’avait juste fait croire à Steemans pour ne pas compromettre leurs bonnes relations. En réalité il s’est contenté de signaler au joueur, par l’intermédiaire de Thomas Troch, que Malines s’intéressait à lui. Il a simplement été conseillé à Myyny, qui d’ailleurs le confirme, de ne pas célébrer son goal avec trop de jubilation, au cas où il en marquerait un. Mais il ne lui a jamais été question de lui demander de fausser le match, et encore moins de lui promettre une somme d’argent pour cela. Je ne comprends donc pas comment le procureur fédéral peut arriver à cette conclusion, alors que même les enregistrements des conversations téléphoniques confirment ce que je suis en train de vous expliquer. Et je comprends encore moins ce que mon client fait ici. Ce n’est sûrement pas sa place, et il n’existe aucune preuve des accusations dont il fait l’objet… »

Il est cependant précisé dans le dossier que Mortelmans a contacté le directeur financier de Waasland-Beveren Olivier Swolfs le lendemain du match, pour lui confier qu’il n’avait finalement contacté aucun de ses joueurs, afin de ne pas se « brûler les doigts ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous