Plus de 100.000 personnes ont participé à la parade de la Belgian Pride (photos et vidéos)

Plus de 100.000 personnes et plus de 80 délégations se sont déplacées dans la capitale pour faire entendre leurs voix et fêter l’inclusion à l’occasion de la Belgian Pride Parade. L’édition 2019 était placée sous le thème de l’intersectionnalité. Les trois organisations faîtières belges des personnes LGBTI+ (Arc-en-Ciel Wallonie, RainbowHouse Brussels et çavaria) souhaitent ainsi rappeler que « chacun est unique et a sa place dans la société, sans discrimination, quelle que soit sa base ».

« Lorsque plus de 100.000 personnes descendent ensemble dans la rue, c’est une affirmation militante forte, qui remet en question la ’normalité’ qui continue de régner dans notre société. Et le message, c’est qu’il reste encore beaucoup à faire. Ce n’est pas parce que l’homosexuel blanc de la classe moyenne a la vie facile, qu’il n’y a pas d’autres groupes de la communauté LGBTI+ qui peuvent compter sur l’acceptation qu’ils méritent », pointe le président de la Belgian Pride, Cyrille Prestianni.

Le thème de l’intersectionnalité est une référence évidente aux émeutes de Stonewell, en 1969. « Le début symbolique de la lutte courageuse que mène, aujourd’hui encore, la communauté LGBTI+ », rappellent les organisateurs de l’événement.

--> Belgian Pride: les chars des politiques mal accueillis, la police écarte une association (photos et vidéos)

Un message clair et inclusif

« Nous souhaitons porter un message clair, inclusif : à partir d’une position solidaire et intersectionnelle, nous soulignons que chacun est unique et a le droit d’avoir sa place dans la société, sans discrimination, sous quelle que forme que ce soit. Levons-nous pour défendre tous ceux qui sont encore discriminés et exclus », souligne M. Prestianni.

« Nous invitons déjà tout le monde à la 25e édition, l’année prochaine, qui se tiendra le week-end du 23 mai 2020. Et nous levons déjà un coin du voile : ce sera une édition anniversaire », indique le coordinateur de la Belgian Pride, Elio De Bolle.

La programmation continue jusqu’à minuit sur la Pride Stage du Mont des Arts, tout comme les événements organisés au Rainbow Village, dans le quartier Saint-Jacques. Au menu, les dj-sets de Zoey Hasselbank et de Jennifer Cooke.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite