Ligue 1: le PSG s’impose avec la manière contre Dijon (4-0)

Ligue 1: le PSG s’impose avec la manière contre Dijon (4-0)
Reuters

Le Paris SG a célébré son titre par un feu d’artifice contre Dijon (4-0) et un doublé de Kylian Mbappé, samedi pour sa dernière de la saison au Parc des Princes, lors de l’avant-dernière journée de Ligue 1.

Même s’il a verrouillé son 8e Championnat il y a quatre semaines, le club de la capitale a soulevé l’Hexagoal bien après ses homologues anglais, espagnol, italien et même allemand. Mais les sourires, et les jambes, étaient bien là.

Le champion, qui a connu quatre derniers mois tourmentés, s’avance vers un été mouvementé qui doit le transformer pour la saison prochaine. Entre ces deux tourbillons, il s’est offert un moment de communion avec ses supporters et de joie sur le terrain, à peine gâché par la pluie.

Même privés de leur superstar Neymar, suspendue, et de leur capitaine Thiago Silva, blessé, les hommes de Thomas Tuchel ont rappelé pourquoi ils ont tant dominé le Championnat, qu’ils terminent invaincus à domicile : dominateurs, nettement au-dessus techniquement et portés par leur incroyable talent offensif, ils ont livré un beau condensé de leurs forces face à de faibles Bourguignons, qui joueront leur maintien lors de la dernière journée, contre Toulouse.

Mbappé vise l’or

Par où commencer ? Edinson Cavani, Kylian Mbappé et Angel Di Maria ont tous marqué mais la palme revient au prodige français. Très actif, « Kyky », de retour de suspension, a réussi un doublé (36, 57) pour porter son total buts en L1 à 32, à deux unités du Barcelonais Lionel Messi à qui il conteste le soulier d’or européen.

Toujours affamé de récompenses, le champion du monde de 20 ans est aussi devenu le premier Français à dépasser la barre des 30 buts en Championnat depuis le Stéphanois Hervé Revelli en 1967. De là à atteindre le record du Nantais Philippe Gondet (36 en 1966)… voilà un nouveau défi à la hauteur de son talent, avant le dernier déplacement de la saison, à Reims vendredi.

Si Mbappé a brillé, le prix du public reviendra plutôt à Cavani. Le trentenaire (32 ans), promu capitaine au lendemain de la naissance de sa fille India, a eu le droit à un long chant d’amour des ultras parisiens après son but de la tête (4). « Cavani à Paris ! », ont-il scandé, conscients que le dossier d’« Edi » sera l’un des plus brûlants de l’été.

À un an du terme de son contrat, le meilleur buteur de l’histoire du PSG pourrait filer contre un chèque pour son club, qui recherche des liquidités pour respecter le fair-play financier et pourrait faire de la place à Mbappé, révélé dans l’axe durant son absence sur blessure.

« Cavani : une légende n’a pas de prix », ont écrit sur une banderole les fans de la tribune Auteuil, plus tard dans le match. Après la fête, ça sera l’heure du mal de crâne pour les dirigeants du PSG.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite